Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Flying Whales, le dirigeable qui envoie du bois

Pierre Monnier

Publié le , mis à jour le 16/03/2017 À 15H29

L'Office national des forêts (ONF) ne sera bientôt plus cantonné aux seules forêts accessibles. La société Flying Whales développe un dirigeable qui répondra aux besoins spécifiques de l'organisme. Avec une charge utile 20 fois supérieure à un hélicoptère, le ballon pourra transporter le bois des lieux de coupe aux scieries, sans souci de piste d'atterrissage ou de route.

Flying Whales, le dirigeable qui envoie du bois
L'entreprise française Flying Whales développe un programme de dirigeable, disponible d'ici 5 ans.
© Flying Whales

L'Office national des forêts (ONF) pourra bientôt se passer des contraintes d'infrastructures grâce à Flying Whales. L'entreprise française développe un dirigeable capable de transporter du bois depuis n'importe quel lieux de coupe jusqu'à la scierie, sans besoin de route ou de piste d'atterrissage. Avec une certification attendue pour 2021, le ballon permettrait à l'ONF d'agrandir sa zone d'exploitation du bois français. Aujourd'hui, seules les zones de coupe accessibles peuvent être utilisées. Grâce à cette technologie, le bois extrait de zone hasardeuse, comme en montagne, deviendrait transportable.

Flying Whales a d'ailleurs été créé dans ce but. "Au départ, nous avons cherché à répondre à cette problématique, avoue Sébastien Bougon, le patron de l'entreprise. En 2012, nous avons eu une année de réflexion avec l'ONF pour définir les aspects fonctionnels et économiques du projet. L'ONF est en ce sens un parent de Flying Whales."

Un programme de 250 millions d'euros

La première phase d'ingénierie, lancée en 2013, s'est achevée l'année dernière. Le dirigeable mesurera 150 mètres de long et disposera d'une soute de 75 mètres de long sur 8 mètres de largeur et autant de hauteur qui accueillera une charge utile de 60 tonnes. Mais le ballon de Flying Whales ne se contentera pas de transporter du bois. "Nous pourrons transporter des pales d'éoliennes, des maisons préfabriquées ou des pylônes à haute tension", liste Sébastien Bougon.

Le programme, dénommé LCA60T et chiffré à 250 millions d'euros, entrera en phase de test en 2019 avec pour objectif une certification l'année suivante. "Nous débuterons la phase de production industrielle dès 2022, projette le patron de Flying Whales. C'est un petit marché de l'ordre de la centaine d'unité. Au cours des dix premières années, nous fabriquerons 150 machines, puis de 10 à 20 par an ensuite."

Plusieurs projets de dirigeables voient le jour : l'Airlander 10 d'hybrid Air Vehicle pour le transport de personnes ou l'Hybrid Airship de Lockheed Martin pour le transport de fret. Mais la différence fondamentale avec ces deux engins, c'est que le ballon de Flying Whales sera solide. "Notre dirigeable aura une structure rigide, ce qui permet d'installer une propulsion puissante", insiste Sébastien Bougon. Autre point fort, les chargements et déchargements ne se feront pas au sol. La soute sera remplie par une montée de charge, afin d'opérer en tout lieu. "Les dirigeables comme l'Airlander ou l'Hybrid Airship demandent de la portance pour décoller et atterrir, donc une piste d'atterrissage, commente le dirigeant français. Flying Whales n'a pas ce souci."

Un déménagement à prévoir

Au total, une trentaine d'acteurs sont réunis autour du maître d’œuvre Flying Whales. L'entreprise est pour l'heure basée à Colombes (Hauts-de-Seine) mais s'installera à Istres (Bouches-du-Rhône). "La communauté d'agglomération nous mettra à disposition un local qui nous servira de FAL (Final assembly line), explique Sébastien Bougon. Mais pour l'heure, le bâtiment n'est pas encore construit." Flying Whales reçoit ces aides pour avoir été sélectionné parmi les 34 plans de la nouvelle France industrielle d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus