Feu vert pour l’autoroute ferroviaire atlantique

Par  - Publié le
Rails de chemins de fer
© Vossloh Cogifer

Alors que les deux premières autoroutes ferroviaires affichent un bilan mitigé, le ministre des Transports vient d’annoncer le lancement de l’axe Atlantique. Un moyen de sortir quelques milliers de camions d’un axe routier surchargé.

Ces files ininterrompues de camions espagnols et hollandais qui engorgent l’autoroute A10 et la nationale 10 sont-elles vouées à disparaître ? Sans doute pas, mais elles pourraient au moins diminuer grâce à une autoroute ferroviaire (camions transportés sur des wagons) entre le nord de la France et Bayonne.

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé lundi 12 novembre depuis son fief électoral de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) la création de l’autoroute ferroviaire Atlantique, troisième du genre en France, après l’autoroute ferroviaire Alpine qui relie, sur 175 km, Aiton-Bourgneuf (Savoie) à Orbassano (Piémont) depuis 2003, et l’autoroute Perpignan (Pyrénées Orientales)-Luxembourg, en exploitation depuis 2007.

La nouvelle autoroute ferroviaire, sans cesse retardée, reliera Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) à la plate-forme intermodale de Dourges (Pas-de-Calais) via Bordeaux (Gironde) et Longueau (Somme). Frédéric Cuvillier souhaite avant tout qu’elle soit dans le futur reliée aux ports. "Que la mer ne tourne pas le dos à la terre et vice et versa".

La date du lancement de l’exploitation n’est pas encore connue, mais au ministère des Transports, on évoque "l'horizon 2015". Elle permettra le report de 100 000 camions par an, selon les objectifs du Grenelle de l’environnement.

La Cour des comptes sceptique

Le rapport de la Cour des comptes, publié en début d’année, évoquait "une capacité marginale". Il pointe surtout une exploitation déficitaire de l’autoroute alpine, qui survit grâce aux subventions des deux Etats (5 millions d’euros en 2011), malgré un gain de trafic de 50 % lors des 5 dernières années. Elle n’a transporté que 26 000 camions en 2011, contre 100 000 espérés lors de son lancement. Les 1 000 km d’autoroute ferroviaire entre le Grand-duché du Luxembourg et la Catalogne française sont également subventionnés, à hauteur de 40 %.

Toutefois, cette autoroute semble rencontrer un certain succès. Elle a transporté 36 800 camions et 13 500 caisses mobiles en 2011, mais "elle est saturée, nous voulons d’autres sillons", annonçait Pierre Blayau, le directeur général de SNCF Geodis, lors du séminaire presse de Berlin (Allemagne) en octobre dernier. Le but est d’atteindre 120 000 véhicules et caisses transportées en 2015. A propos de l’autoroute Atlantique, il précisait même que SNCF Geodis avait "remis une offre pour une concession de 15 à 25 ans. Nous attendons la décision des pouvoirs publics". La présence de Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, lors de l’annonce du Ministre, n’est peut-être pas innocente…

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous