Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Face à la crise, les imprimeurs misent sur la montée en gamme et le digital

Franck Stassi

Publié le

Respect des délais, exigences qualitatives et diversification dans la communication et le digital figurent parmi les orientations stratégiques choisies par plusieurs imprimeurs français, réunis à Paris le 26 mars.

Face à la crise, les imprimeurs misent sur la montée en gamme et le digital © Chevillon imprimeur

L’imprimerie est en difficulté depuis plusieurs années. D’après l’Institut de développement et d'expertise du plurimédia (Idep), l’organisme paritaire chargé d’assurer une veille sur la filière, les tonnages imprimés par les imprimeries de labeur ont reculé de 5% entre 2012 et 2013, la baisse de la demande s’effectuant tant du côté des entreprises que de celui des particuliers. Les exportations ont chuté de 16%. La production de périodiques a pour sa part perdu 4,6%, ceux-ci représentant 30% du volume imprimé. Seul l’emballage est sur une tendance positive (+1,8%). Dans ce contexte, "il faut passer d’une industrie de volume à une industrie de projets", a expliqué Bernard Trichot, directeur de l’Idep, en préambule d’un colloque consacré aux bonnes pratiques et à la transformation de l’univers graphique, jeudi 26 mars à Paris.

Couvrir l'ensemble des besoins de la clientèle… ou se spécialiser totalement

Nombreuses sont les entreprises à avoir choisi de ne pas baisser les bras. Pour rendre compte de leur parcours, l’Idep, le Groupement des métiers de l’imprimerie et les Scop de la communication ont commandé à Philippe Frémaux, président du mensuel Alternatives économiques, la rédaction d’un guide présentant la stratégie de 30 imprimeurs. Trois types de diversifications sont recensées : horizontales (impression numérique, impression 3D, impression grand format), verticales (interfaces client web-to-print, développement de sites Web, activités de façonnage) et simultanément amont-aval (de la personnalisation par le client de ses fichiers depuis une interface Web à la logistique, en intégrant les bases de données marketing).

La plupart des imprimeurs présents lors du colloque ont choisi de se développer sur leur cœur de métier. A Sens (Yonne), Chevillon imprimeur (34 salariés, 3,7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014) se positionne à contre-courant du marché, en ayant choisi de ne se spécialiser que sur la brochure (magazines). L’entreprise ne possède plus qu’une seule machine d’impression. Interrogé par L’Usine Nouvelle, son directeur général Damien Foulon concède que "le nombre de publications et la pagination diminuent et que le rythme des parutions s’allonge", mais souhaite tabler sur son savoir-faire pour capter de plus gros tirages.

L’amélioration continue des process et de leur maîtrise fait office de stratégie pour les autres intervenants, à l’instar de L’Artésienne (60 salariés, 8,4 M€ de chiffre d’affaires), une imprimerie basée à Liévin (Pas-de-Calais). L’entreprise a investi 7,5 millions d’euros entre 2007 et 2012 pour adapter son parc machines aux besoins de ses clients. Une chaîne grand format et un outil web-to-print ont été lancés. L’aménagement du temps de travail est pour sa part fluctuant.

En route vers le papier augmenté

A Guilherand-Granges (Ardèche), Impressions modernes (30 salariés, 3,3 M€ de chiffre d’affaires), une imprimerie familiale fondée il y a 45 ans, s’est quant à elle résolument engagée sur le segment de la communication digitale en 2006. Pour rendre ses papiers "communicants", la PME a créé une activité d’intégrateur de tags NFC, de tags RFID et de QR codes. L’objectif affiché est de pérenniser son cœur de métier, en enrichissant le média papier. Impressions modernes, qui a diversifié ses profils en recrutant des personnes qui se destinaient initialement à travailler en agence Web, fournit notamment Samsung. Du papier à la high-tech, il n’y a qu’un pas.

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus