L'Usine Auto

La santé des constructeurs français et internationaux, les dynamiques des marchés tout autour du globe, les défis de la voiture plus connectée, plus électrique, plus autonome, moins polluante et les innovations technologiques qui émergent pour y répondre... Tout ce qu'il faut savoir sur l'industrie automobile est traité par nos journalistes et notre réseau d'experts.

Dossier

Tour de France de l'industrie, région par région

Exclusif : les 50 premières usines de France

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3340
Arrivée de la première aile de l'A350XWB sur le site Airbus de Toulouse
© Airbus S.A.S 2012

  Le classement des 50 premiers sites industriels établi par L’Usine Nouvelle souligne la bonne santé de l’aéronautique. Partout en France, les grands donneurs d’ordres structurent de véritables écosystèmes industriels dans les territoires où ils sont implantés.

Une envolée irrésistible ! Avec l’équivalent de huit années de commandes à livrer, Airbus reste concentré sur la montée en puissance de ses usines. L’avionneur européen n’en finit pas de revoir à la hausse ses cadences de livraison et d’embaucher du personnel. Au point de compter 13 217 salariés dans ses sites d’assemblage de l’agglomération toulousaine… Ce qui en fait le premier employeur industriel de France, loin devant PSA Peugeot Citroën à Montbéliard (Doubs), longtemps numéro un. Michelin, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), complète le podium. Le classement des 50 premiers sites industriels établi par "L’Usine Nouvelle" souligne la bonne santé de l’aéronautique.

Notre tour de la France de l’industrie témoigne des performances des grands industriels de la filière. On l’a vu, Midi-Pyrénées plane avec Airbus. En Île-de-France, berceau de l’aviation française, c’est le motoriste Safran, né de la fusion de Snecma et de Sagem, qui booste la croissance. Et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Eurocopter, à l’origine du pôle de compétitivité Pégase, se comporte plus que jamais en leader, quand, en Aquitaine, Dassault soigne ses sous-traitants. Ces grands donneurs d’ordres ont mis en place de véritables écosystèmes industriels dans les territoires où ils sont implantés. Souvent les premiers employeurs, ils comptent de nombreux fournisseurs avec lesquels ils développent des partenariats.

Des écosystèmes remarquables

Dans chaque région, L’Usine Nouvelle a identifié un ou deux de ces écosystèmes remarquables. Le but n’est pas de repeindre la réalité en rose et de nier que la France est l’un des pays les plus désindustrialisés d’Europe. Mais de donner à voir l’industrie autrement. En Auvergne, Michelin pèse toujours aussi lourd dans l’économie régionale, quand bien même son effectif s’est dégonflé de moitié en trente ans. Le leader mondial du pneumatique a pris soin de mettre en place une structure qui aide les entreprises touchées par les baisses d’activité de ses usines. Aujourd’hui, c’est Constellium qui contribue à donner des ailes au Puy-de-Dôme, en développant sa fonderie d’aluminium qui alimente… les grands constructeurs aéronautiques.

Legrand, à Limoges (Haute-Vienne), fait partie de ces groupes, comme Michelin, Pierre Fabre dans le Tarn, ou encore Manitou en Loire-Atlantique, et Bénéteau en Vendée. Tous veillent à maintenir leur ancrage dans les villes qui les ont vus naître. C’est aussi le cas de Petit Bateau dans l’Aube, mais aussi de Vallourec dans le Nord. Les usines des deux constructeurs automobiles français, qui ont tendance à réduire la voilure, comme en atteste la prochaine fermeture de l’usine PSA Peugeot Citroën d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), restent les poumons économiques de plusieurs régions. Quant à Renault Trucks, à Saint-Priest (Rhône), qui vient de renouveler sa gamme de poids lourds, il fait mieux que tenir son rang ! "L’industrie a besoin de financement", assure Michel Barnier, le Commissaire européen au Marché intérieur et aux Services. Candidat à la succession de José Manuel Barroso, il assure que parler de politique industrielle européenne n’est plus "un gros mot" à Bruxelles. On ne demande qu’à le croire !

Pascal Gateaud

 

Les 50 premiers sites industriels en France

1   Airbus Opérations Toulouse
2   PSA Peugeot Citroën Montbéliard
3   Michelin Clermont-Ferrand
4   Renault Technocentre Guyancourt
5   Eurocopter Marignane
6   PSA Peugeot Citroën Sausheim
7   Arc International Arques
8   PSA Peugeot Citroën Poissy
9   Renault Trucks Saint-Priest
10 PSA Peugeot Citroën Chartres-de-Bretagne
11 Schneider Electric Industries Grenoble
12 Peugeot Citroën Vélizy-Villacoublay
13 Renault Douai
14 Snecma Réau
15 STmicroelectronics Crolles
16 Astrium Toulouse
17 Renault Cléon
18 Areva Herqueville
19 PSA Peugeot Citroën Trémery
20 Thales Communications & Security Gennevilliers
21 Sanofi Pasteur Marcy-L’Étoile
22 Toyota Motor Manufacturing France Onnaing
23 PSA Peugeot Citroën Vesoul
24 Société Francaise de Mécanique Douvrin
25 ArcelorMittal Atlantique Grande-Synthe
26 Roquette Frères Lestrem
27 Snecma Évry
28 Dassault Aviation Saint-Cloud
29 LDC Sablé Sablé-sur-Sarthe
30 PSA Peugeot Citroën Aulnay-sous-Bois
31 DCNS Brest
32 ArcelorMittal Atlantique & Lorraine Florange
33 Renault Flins Aubergenville
34 Turbomeca Bordes
35 MBDA Le Plessis-Robinson
36 STmicroelectronics Rousset
37 PSA Peugeot Citroen La Garenne-Colombes
38 Thales Alenia Space Toulouse
39 Renault-Sovab Batilly
40 Legrand Limoges
41 ArcelorMittal Fos-sur-Mer
42 DCNS Cherbourg-Octeville
43 Renault Le Havre
44 Moteurs Leroy-Somer Angoulême
45 Airbus Opérations Montoir-de-Bretagne
46 PSA Peugeot Citroën Valenciennes
47 Airbus Opérations Bouguenais
48 Schaeffler France Haguenau
49 Maubeuge Construction Automobile Maubeuge
50 Sevelnord Lieu-Saint-Amand

 

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

3 réactions

Yamapopi | 17/07/2013 - 17H46

La France est pleine de potentielle. Elle pourrait être une grande nation productrice.  Elle doit l'être.
Fini le mythe des pays du nord producteur de bien à haute valeur ajoutée et inventeurs, et le sud pays atelier: il faut des économies équilibrées et réindustrialisées. Il faut rétablir une concurrence loyale entre pays émergents et émergés grâce à un protectionniste flexible qui punit les entreprises étrangères qui ne respectent pas les normes de sécurité ou qui ne redistribuent pas leurs bénéfices aux salaires des ouvriers. Depuis longtemps nous soutenons ce modèle de gel des salaires dans les pays émergents, sans comprendre que cela tue les entreprises sur notre sol tout en empêchant une croissance durable et hausse du niveau de vie dans les pays émergents. Il faut réfléchir à un protectionnisme européen intelligent. 
On ajoute à cela la possibilité d'emprunter pour les états directement à la BCE (tous aux mêmes taux), le problème de la dette et de la compétitivité. 

Signaler un abus |  CITER

cracra | 17/07/2013 - 17H29

je ne savais pas qu'il y avait des usines automobiles à Vélizy et à Guyancourt. Des bureaux d'études oui, mais pas de chaînes de montage !

Signaler un abus |  CITER

Abricot | 17/07/2013 - 17H16

Bonjour,

Sur votre carte vous indiquez que TURBOMECA est à Bordes en Midi-Pyrénées... Bordes se trouves en Aquitaine, dans le département des Pyrénées Atlantiques.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous