Eurotunnel et le Port de Dunkerque ensemble sur le fret ferroviaire

Par  - Publié le

Le Port de Dunkerque et l'exploitant du tunnel sous la Manche, vont étudier plusieurs projets visant à favoriser les acheminements de transports de marchandises par voie ferroviaire. Leur objectif ? Devenir une alternative attrayante aux ports saturés du

L'exploitant du tunnel sous la Manche. Eurotunnel et le Port Autonome de Dunkerque (PAD) ont conclu un accord de partenariat stratégique visant au développement coordonné de leurs activités de transport ferroviaire de marchandises. Après la réussite de sa restructuration financière, l'exploitant du tunnel sous la Manche fait de la relance du fret ferroviaire un de ses axes prioritaires de développement. En première ligne dans cette coopération, sa filiale Europorte 2, créée il y a deux ans, qui dispose d'une licence d'opérateur et de cinq locomotives, ce qui lui donne la capacité de tirer des trains. Quant au PAD, il est doté d'équipements ferroviaires de taille, ce qui le place au premier rang des ports français pour ce qui est de l'acheminement par rail de ses trafics maritimes.
L'accord porte des sujets tels que  le transport de conteneurs débarqués par le terminal portuaire de Dunkerque et ensuite acheminés par trains vers la Grande-Bretagne via le tunnel sous la Manche. Les ports britanniques et belges, notamment Southampton et Anvers, ne sont pas loin d'être saturés. Il n'est pas rare que des porte-conteneurs attendent plusieurs jours avant de pouvoir y débarquer leurs marchandises. Au lieu de rester à l'ancre pendant trois à quatre jours avant d'être débarqués à Southampton, les débarquer à Dunkerque puis les acheminer par le tunnel jusqu'à la Grande-Bretagne, pourrait être une solution - de plus économique - à cette saturation.
Un autre sujet concerne l'exploitation des liaisons ferrées entre Dunkerque, le littoral et la plateforme multimodale de Dourges (Pas-de-Calais), des lignes sur lesquelles 74 millions de tonnes de fret ont transité en 2006. Dourges pourrait devenir une base arrière du PAD. Le dernier point consiste en un partage des compétences techniques, notamment dans les domaines de la sécurité et des opérations ferroviaires.
La phase d'étude de ces projets devrait durer plusieurs mois.
C.L
Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous