Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Et si l’Etat finançait les syndicats ?

Cécile Maillard

Publié le

Document Un think tank de jeunes proches de la gauche, Cartes sur table, propose à l’équipe au pouvoir depuis 100 jours, 100 mesures pour améliorer le quotidien des Français.

Et si l’Etat finançait les syndicats ? © virginiamol - Morguefile - C.C.

Une cinquantaine de jeunes de 25 à 35 ans, proches des partis de gauche, apportent un peu d’air frais dans la torpeur estivale. Bousculant leurs aînés de toutes tendances, comme l’Institut Montaigne ou Terra Nova, les jeunes du think tank Cartes sur table livrent une moisson de propositions plus ou moins originales.

Ces 100 mesures "concrètes" et peu coûteuses contribueront "à améliorer la vie quotidienne de la population française et la situation du pays", estime le groupement, qui se veut "poil à gratter" tant qu’il lui reste encore un peu de l’impertinence de la jeunesse. Originalité de la démarche, explique Agathe Cagé, cofondatrice, dans Libération : écouter tous les jeunes, même ceux qui n’ont pas fait l’ENA (comme elle) ou HEC, sinon, "on se prive d’une grande richesse de point de points de vues et d’expériences de la vie".

Parmi les 100 propositions, petite sélection des mesures concernant l'industrie ou les entreprises :

- Lancer l’Union européenne dans une troisième révolution industrielle, en provoquant, après l’échec de Rio + 20, un sommet européen qui doterait l’Europe d’objectifs ambitieux en termes d’énergies.
- Faire émerger des gestionnaires de réseaux européens pour l’électricité et le gaz, afin de coordonner les investissements dans les infrastructures, et faire émerger un marché unique de l’énergie.
- Sanctuariser les dépenses consacrées à l’autonomie stratégique de la France, programmes spatiaux ou nucléaires.
- Créer dans chaque commune des incubateurs d’entreprises, à rapprocher de Pôle Emploi, afin de faciliter la création son entreprise par tous, même ceux qui n’ont pas fait d’école de commerce. "L’innovation vient rarement d’où on l’attend", note le think tank.
- Instaurer un financement public des organisations syndicales, sur le modèle des partis politiques. La loi de 2008 sur la représentativité syndicale repose sur les résultats aux élections, ce financement ferait de même, et remplacerait les subventions  que touchent actuellement les syndicats. Et les cotisations seraient évidemment maintenues.
- Créer un congé unique de parentalité à partager entre père et mère : 1/3 pris par la mère, 1/3 par le père, 1/3 au choix des parents.
- Utiliser la méthode du testing pour détecter les cas de discrimination au travail, en en faisant une des missions des inspecteurs du travail. Les associations ont obtenu d’en faire un élément de preuve devant les tribunaux.
- Taxer les entreprises qui ne respectent pas une échelle de salaires de 1 à 20, à hauteur de 1% de la masse salariale.
- Mieux encadrer la rupture conventionnelle par l’administration, entre autres pour vérifier le réel consentement du salarié.
- Soutenir la reprise d’une entreprise par ses salariés, en majorant les indemnités de départ et en proposant un appui à Pôle emploi.
 - Utiliser les Apple Stores comme modèles pour Pôle Emploi : pour les conseils personnalisés en one-to-one. Et supprimer les maisons de l’emploi, qui doublonnent avec Pôle emploi depuis la fusion.
- Créer une bourse nationale des stages de l’enseignement supérieur, où les entreprises seraient obligées d’inscrire leurs propositions, pour lutter contre les passe-droits et privilèges de certaines. Et obliger tous les étudiants de niveau licence à avoir une première expérience professionnelle, quelle que soit la discipline étudiée.
- Encourager la recherche fondamentale en obligeant les fondations privées qui financent la recherche à consacrer une partie de ce financement aux sciences fondamentales. Et en réservant le crédit d’impôt recherche aux PME.

Les jeunes, qui ne doutent de rien, proposent également de faciliter les mouvements de hauts fonctionnaires au sein de l’Union européenne. Envoyer en stage quelques années les piliers de Bercy en Allemagne, par exemple ?
 

CST 100propositions 100jours

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus