Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Entre les grands du chocolat, trêve de Pâques pour aider les producteurs ivoiriens de cacao

Gaëlle Fleitour , ,

Publié le

En Côte d'Ivoire comme au Ghana, premiers producteurs du cacao, la déforestation menace la pérennité du secteur du chocolat, mais aussi la survie de millions de petits planteurs. Les grands fabricants du secteur promettent de s'engager contre.

Entre les grands du chocolat, trêve de Pâques pour aider les producteurs ivoiriens de cacao © D.R.

Quelques jours avant Pâques, c’est une trêve que se sont accordés les fabricants mondiaux de chocolat, actuellement en pleines opérations de fusions et acquisitions. Le 16 mars, ils ont décidé d’enterrer la hache de guerre en promettant un plan d'action commun contre la déforestation, qu’ils dévoileront lors de la COP23, en novembre à Bonn (Allemagne). Ont répondu à l’appel lancé par l'organisation caritative du prince Charles, le suisse Nestlé, numéro un mondial de l’agroalimentaire, l’américain Mondelez, champion du chocolat et des biscuits, son concurrent Mars ou encore le leader français du chocolat Cémoi. A leurs côtés, des représentants de Côte d'Ivoire et du Ghana, qui réalisent à eux deux plus de la moitié de la production mondiale de cacao. Car la déforestation, en mettant en péril la pérennité du secteur du cacao, menace aussi la survie de millions de petits producteurs.

La chute des cours du cacao… après une envolée pendant dix ans

Depuis novembre 2016, les producteurs ivoiriens sont d’ailleurs particulièrement inquiets. Ils disent ne plus parvenir à écouler leur récolte, en raison d'un excédent mondial de 264 000 tonnes de cacao prévu pour la saison 2016-2017, qui a aussi fait chuter les cours début mars à leur niveau le plus bas depuis trois ans. Or les prix minimum d'achat fixés par le gouvernement ivoirien ne sont plus respectés, assurent ces planteurs. Ils ont annoncé le 5 avril porter plainte contre le Conseil ivoirien du café-cacao, chargé de la régulation et de la stabilisation de la filière, pour "ses dérives et l'opacité de sa gestion".

Début mars, la filière française du commerce équitable avait d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme sur l’impact de cette chute des cours pour l'avenir des petits producteurs et les risques de grave tension sociale en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cette fève. Reste qu’entre 2006 et 2016, les cours du cacao ont explosé de 109% alors que l’inflation répercutée par les entreprises du secteur a été limitée à 6,5%, selon Nelly Bonnet, la responsable Economie des filières et marchés au Syndicat français du chocolat, qui représente les acteurs traditionnels du secteur. Ces derniers ont aussi travaillé avec la filière ivoirienne pour l'aider à se professionnaliser et se pérenniser. Matière première onéreuse, à plus de 2 000 euros la tonne, le chocolat enregistre néanmoins à long terme une progression de sa consommation mondiale, rappelle Nelly Bonnet.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus