Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

En Savoie, Spirel devrait fermer ses portes le 20 juillet

, ,

Publié le

Les salariés de Spirel avaient demandé le 14 mai dernier l’annulation de la vente de leur entreprise par Somfy en 2010. Le tribunal de grande instance d’Albertville (Savoie) a rendu sa décision mercredi 4 juin et les a déboutés.

En Savoie, Spirel devrait fermer ses portes le 20 juillet © D.R

La PME de Saint-Rémy-de-Maurienne (Savoie), ancienne filiale du groupe Somfy, est en redressement judiciaire depuis janvier 2013. Créée en 1975, Spirel fabrique des stators, des petits moteurs pour stores électriques. Ses 101 salariés dénonçaient la "vente abusive" de leur société par Somfy en 2010 pour un euro symbolique. Ils réclamaient d’être réintégrés dans le groupe. Mais le tribunal de grande instance d’Albertville a rejeté leur demande d’annulation.

Les salariés estimaient que Somfy avait vendu Spirel pour des raisons injustifiées à l’industriel Bernard Chappel du groupe Chappel Industries France. Lors de cette cession en 2010, 110 salariés avaient été licenciés. Le groupe Chappel avait alors annoncé son projet de développer un nouveau moteur électrique pour les volets roulants baptisé Motorfly. Mais le projet n’a pas été concrétisé. Bernard Chappel avait créé la société Spirel, en 1975, puis l'avait vendue à Somfy en 1992, avant de lui racheter en 2010. Il fait depuis janvier 2014 l’objet de poursuites judiciaires.

Somfy, conteste toute "cession frauduleuse"

Lors de la vente en 2010, Somfy, leader français en fermetures automatisées de l’habitat situé à Cluses (Haute-Savoie), s'était engagé à acheter pendant quatre ans la moitié de la production de Spirel. Resté l’unique client de Spirel, Somfy, conteste toute "cession frauduleuse" et avance que cet accompagnement lui a coûté 20 millions d’euros depuis quatre ans, alors que le plan de sauvegarde de l'emploi, approuvé par 85 % des salariés, appliqué à l’ensemble du personnel lui aurait coûté 13 millions d’euros. Le groupe clusien a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 996 millions d'euros.

Cessation d'activité programmée pour le 20 juillet

Faute de repreneur, Spirel devrait cesser toute activité le 20 juillet, après plusieurs délais et espoirs de reprise non aboutis. A la sortie du tribunal mercredi, l'avocat des salariés a annoncé son intention d'engager une nouvelle procédure dans les prochaines semaines.

Dorothée Thénot

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus