L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Dossier

Tour de France de l'industrie, région par région

En Bourgogne, Areva soude le secteur mécanique

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3340
Areva
© D.R. - Areva

Les deux sites stratégiques du numéro un mondial de l’énergie nucléaire offrent de l’activité à 600 fournisseurs bourguignons.

Areva dépense en Bourgogne quelque 130 millions d’euros auprès de 600 sous et cotraitants. Le poids du numéro un mondial de l’énergie nucléaire s’explique par la présence des sites du Creusot et de Chalon Saint-Marcel (Saône-et-Loire), d’où viennent tous les composants de la boucle primaire des centrales françaises, le cœur mécanique des réacteurs.

Le programme Grand Carénage, hérité de la catastrophe japonaise de Fukushima, permettra de réaliser des opérations de maintenance lourde sur le parc national pour 55 milliards d’euros, et ce jusqu’en 2025. De quoi donner du travail à long terme. Chez la filiale Creusot Forge (300 salariés), le plan de charge atteint trois années et les investissements vont bon train, avec notamment l’acquisition d’une nouvelle presse de 9 000 tonnes chiffrée à 40 millions d’euros.

L’unité de Chalon-sur-Saône (900 salariés, dont 140 ingénieurs et techniciens), qui assemble tous les composants lourds, peut, de son côté, voir venir jusqu’en 2017 – 2018 et a décidé de se rééquiper également. Une machine de perçage des plaques d’entretoises pour générateurs de vapeur, d’un coût de 3,8 millions d’euros, vient compléter un impressionnant outil productif.

Pareilles fabrications stratégiques donnent du grain à moudre à une filière d’entreprises locales qu’anime judicieusement, depuis 2005, le pôle de compétitivité Nucléaire Bourgogne. Tous les tubes des générateurs de vapeur sont ainsi produits à Montbard (Côte-d’Or) au sein de la nouvelle unité de Valinox Nucléaire (plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, 500 salariés), filiale de Vallourec.

Collaborations resserrées

Cet important cotraitant cohabite avec d’autres à taille plus modeste. Metalscan, à Chalon-sur-Saône, conçoit des outillages en contrôle non destructif par ultrasons. L’entreprise (4,6 millions d’euros de chiffre d’affaires, 46 salariés), rachetée en 2004 par l’espagnol Tecnatom, s’attend à une croissance de 32% en 2013. « La proximité avec Areva nous offre de belles opportunités et la collaboration se passe plutôt bien, notamment en termes de négociation », indique Bruno Lebrun, le directeur général.

Jérôme Hubert, le patron de Pinette Emidecau Industries, fabricant chalonnais de lignes de production et de machines spéciales (25 millions d’euros de chiffre d’affaires, 120 employés), négocie un programme partagé de R & D dans un domaine encore confidentiel. Ce type de collaboration montre une évolution sensible de la relation avec ce donneur d’ordres plus enclin à s’associer. « Nous devenons le partenaire de toute une filière », confirme-t-on chez Areva.

Et cette nouvelle empreinte économique trouve aujourd’hui, grâce au pôle Nucléaire Bourgogne, des prolongements par des missions de prospection montées à l’étranger.

Les principaux investissements en cours

  • Chocolaterie de Bourgogne, l’ancien site Barry Callebaut de Dijon (Côte-d’Or), repris par Philippe de Jarcy et deux associés, va bénéficier de 15 millions d’euros d’investissements pour rendre plus flexible ses 14 lignes de production et acquérir de nouvelles machines.
  • Le CEA de Valduc (Côte-d’Or), qui emploie près de 1 000 personnes, reconstruit progressivement tous ses bâtiments et renouvelle ses équipements pour pérenniser son outil industriel à hauteur de 30 millions d’euros par an jusqu’en 2025.
  • Dijonnaise de voies ferrées, spécialiste des travaux ferroviaires, se rééquipe et construit un site pour 12 millions d’euros. Il engage aussi 6 millions dans le cadre d’une société commune avec le dijonnais Bonandrini pour acquérir des bourreuses.
  • Artenius PET Recycling (APPE), recycleur de matière plastique alimentaire, injecte 8,7 millions d’euros sur le site de Saint-Marie-la-Blanche (Côte-d’Or) dans le cadre d’un partenariat avec Coca-Cola. Cette opération est destinée à accroître de 70% la capacité de l’unité bourguignonne.

 

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous