Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

Emploi et salaire, pour les ingénieurs tout va bien mais…

Christophe Bys ,

Publié le

La société des ingénieurs et des scientifiques de France (IESF) publie son enquête annuelle sur la situation des ingénieurs. A première vue, tout va bien : le chômage est quasi-inexistant. Les ingénieurs accèdent à des emplois de qualité et les salaires sont plutôt bons... mais, pourtant, le salaire médian baisse sensiblement. La fin d'un âge d'or ?

Emploi et salaire, pour les ingénieurs tout va bien mais…
ecole des Mines ParisTech ecole d'ingenieur enseignement superieur etudiants en troisieme annee salle de classe laboratoire etudes education
© Guittet Pascal Guittet Pascal

La cause semble entendue : diplômés, très demandés et bien payés, le sort des ingénieurs semble enviable, à tel point que l’expression “heureux comme un ingénieur” pourrait passer dans le langage courant. L’enquête 2017 d’Ingénieurs et scientifiques de France révélée publiquement mercredi 28 Juin après-midi à Paris confirme cette photographie tout en la nuançant.

Plein emploi et en CDI 

Ce travail de référence reposant sur le recueil de 56 000 réponses révèle un taux d’emploi élevé des ingénieurs. Le taux de chômage n’est que de 3,9 %. La quasi totalité des ingénieurs sont cadres (96 %) et 94 % d’entre-eux sont titulaires d’un CDI, tous âges confondus. Et les ingénieurs ne sont pas vraiment inquiets du futur : seulement 8,4 % d’entre eux craignent de perdre leur emploi dans l’année. Le peur croît avec l’âge tout en restant à des niveaux peu élevés. Elle n’est que de 7,1 % pour les trentenaires et atteint 10,4 % chez les 50-64 ans. Résultat : 77 % des ingénieurs se disent satisfaits voire très satisfaits de leur emploi. Marie-Annick Chanel qui a supervisé cette étude rappelait que le taux de satisfaction des ingénieurs n’était que de 40 % il y a encore quelques années.  

Côté rémunération, le salaire brut médian est de 56 000 euros, avec une nette différence entre les hommes (59 600 euros) et les femmes (47 100 euros). Mauvaise nouvelle pour les femmes elles sont moins bien rémunérées dès leur sortie d’école. Puis elles accèdent moins souvent à des postes d’encadrement hiérarchique et les postes qu’elles obtiennent quand elles en obtiennent un sont moins élevés. Globalement, en euros constants, le salaire médian a reculé de 1,7 % entre 2008 et 2016. Pour les plus jeunes, la baisse est de 4,1 % passant d’un salaire médian de 33 440 euros en 3008 à 34 500 euros en 2016. En tenant compte de l’inflation, un débutant a donc un salaire qui lui donne accès à un pouvoir d’achat inférieur au diplômé de 2008. La chute en euros constants atteint même 5,7 % pour l’ingénieur jeune quadra (40 44 ans), dont le salaire médian est passé de 66 000 à 66 925 euros.

Les ingénieurs, des slasheurs pour gagner plus ?

C’est un paradoxe alors que les discours sur la pénurie d’ingénieurs est un pont aux ânes répété en boucle. Ainsi l’étude d’IESF révèle que dans près d’un cas sur quatre où il y a eu des difficultés de recrutement d’un ingénieur par un autre ingénieur c’est parce que “le salaire qu’il demandait était trop élevé”. Ce qui est rare est cher, apprennent les étudiants de première année en sciences économiques et dans ce cas, le prix devrait augmenter. Cette baisse du salaire médian intrigue. "Les employeurs sont-ils assez attractifs en terme de conditions de travail et de rémunération" s'est interrogé François Lureau, le président d'IESF en présentant les résultats. 

Certains ingénieurs ont, pour leur part, trouvé la parade en se lançant parallèlement dans l’entrepreneuriat. 22 300 ingénieurs salariés ont déclaré une activité secondaire non salariée (à titre de comparaison 32 850 ingénieurs entrepreneurs ne sont pas salariés hors portage salarial et salariés de leur propre entreprise). Selon les informations recueillies par IESF, la rémunération des ingénieurs entrepreneurs salariés par ailleurs est de 61 000 euros pour les moins de 30 ans, 70 000 euros pour les trentenaires, 90 000 pour les quadra et atteint 124 000 euros au delà.



 

Réagir à cet article

Les thèmes de L'Usine Campus


 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus