Emballage : à la veille du salon, un secteur prudent

Par  - Publié le
Bouteilles
© D. R.

Alors que s’ouvre la quarantième édition du salon de l’emballage à Paris, les industriels du secteur misent plus que jamais sur l’innovation pour rester compétitifs.

C’est le rendez-vous incontournable d’un secteur qui pèse près de 20 milliards d’euros en France. Le salon de l’emballage accueillera du 19 au 22 novembre à Paris Nord Villepinte près d’une centaine de milliers de visiteurs. Ils pourront y voir les produits de 1300 exposants, dont 65% d’internationaux, des producteurs de machines à ceux de matériaux (verre, plastique, papier/carton, métal…).

L’événement se déroule dans un contexte d’incertitude. "On constate une prudence de la part des industriels et une stabilité de la production", estime Véronique Sestrières, la directrice du salon. Dans le détail, selon une enquête réalisée par l’Observatoire de l’emballage, 53% seulement des industriels de l’emballage misent sur une hausse de la production entre 2013 et 2015, et 26% sur une stabilité.

En tête des secteurs les plus dynamiques : la cosmétique, l’hygiène, la parfumerie, la santé, la pharmacie et l’alimentaire (hors liquide). On trouve en revanche en queue de peloton les biens de consommation type habillement et équipement du foyer. En termes de matériaux, les acheteurs d’emballages privilégient à 49,5% le papier et le carton, contre 35% pour le plastique. Le bois et les métaux ne récoltent que quelques pourcentages.

Modeste croissance en volume

Quels que soient les filières et les matériaux, les industriels cherchent à innover dans un environnement ultra-compétitif. Car si le secteur a connu en France une croissance de 10,2% en 2011, pour un chiffre d’affaires de 19,3 milliards d’euros, celle-ci s’explique avant tout par une hausse des prix, en raison de celle des matières premières, et non des volumes produits. En volume, les hausses sont beaucoup plus modestes : +0,3% pour les plastiques, +2,9% pour les emballages souples et +0,07% pour les papiers et cartons. Le verre a plus fortement progressé (+5,3%), grâce notamment aux performances de la parfumerie.

Quels sont les premiers axes d’innovation ? En premier lieu, dans 56% des cas, la recyclabilité et l’emploi de matières recyclées, en raison des objectifs français et européens en la matière. Mais aussi pour les baisses de quantités de matière nécessaires. Viennent ensuite à 48% l’ergonomie, la praticité et la facilité d’usage. Puis à 42% les fonctions de protection et de transport. Afin de mettre en avant les dernières innovations des industriels, les organisateurs du salon leur ont consacré un espace spécifique. Pour cette quarantième édition, 46 innovations seront présentées et 11 d’entre elles seront distinguées.

A noter cette année pour les nostalgiques : une exposition qui célébrera les 65 emballages qui ont marqué l’histoire. Le berlingot Tetra Pak, la Pasta Box en carton, la boîte jaune Nivea, la bouteille de javel La Croix avec poignée intégrée… De quoi rappeler que l’innovation reste la plus sûre façon de rester compétitif dans la durée.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous