Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

EEM à l'assaut de Gascogne

Publié le

Le papetier gascon a jugé l'OPE de son actionnaire principal, hostile et peu attrayante pour ses actionnaires.

Le 22 juillet, la holding Electricité et Eaux de Madagascar (EEM) a lancé une OPE sur le groupe Gascogne, dont il est actionnaire avec 29,47 % du capital et 26 % des droits de vote. Sept jours plus tard, le Conseil de Surveillance du papetier de Saint-Paul-lès-Dax (Landes) qualifiait cette offre d'hos-tile, à sept voix contre cinq.

Premièrement, le gascon marque son étonnement. En mai, lors de l'assemblée générale, le groupe a donné deux sièges aux représentants d'EEM au Conseil de surveillance. Et François Gontier, P-DG de la holding, a annoncé qu'il ne comptait pas augmenter sa participation dans Gascogne au-delà des 33 %. Bref, après trois années de relation tendues entre les deux parties, un climat plus pacifique semblait s'installer. Aujourd'hui, cette OPE pourrait bien donner à ce financier une minorité de blocage lui donnant un poids conséquent dans les décisions.

Deuxièmement, le groupe Gascogne trouve les conditions financières de l'offre « peu attractives ». Certains analystes parlent même d'offre au rabais (inférieure à la valeur du dernier cours de l'action Gascogne) pour attirer d'éventuels acquéreurs. Le groupe bordelais Fayat pourrait bien de nouveau montrer son intérêt pour Gascogne. Il avait en effet lancé une OPA en avril, que le conseil de surveillance avait rejetée, la jugeant trop faible. Si EEM n'est pas fermé à une contre-offre, son P-DG précise que ce n'est pas son objectif premier. « Nous voulons surtout accélérer les choses au sein de ce groupe », souligne François Gontier. Et d'ajouter : « notre offre ne peut être que salutaire pour Gascogne dont le cours de Bourse ne cesse de chuter depuis treize ans ».

Trois reprises dans l'emballage

Bien avant l'annonce de cette opération, les investisseurs du groupe - EEM, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Lyonnais... - avaient déjà tous fait pression sur la direction pour changer les axes stratégiques. Résultat : l'année dernière, Gascogne annonce son recentrage sur l'emballage. « Nous devons développer nos produits à plus forte valeur ajoutée et accélérer la croissance externe », avait souligné son président Paul Desarmaux, lors du salon de l'emballage 2002 à Villepinte (Paris). Choses promises, choses dues... Le gascon a fait cette année trois acquisitions, trois dans l'emballage. Aux yeux d'EEM, ces initiatives ne suffisent pas. « S'il ne restait que le négoce de parquet, l'emballage et la pâte à papier dans le giron de Gascogne, ce serait une belle société », abonde un analyste financier. Pour cela, le groupe devrait se désengager de son activité sciage de bois et de la distribution d'emballage. La première, parce qu'elle est déficitaire et la deuxième parce qu'elle n'a pas atteint sa taille critique (160 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2002). « La branche distribution intéresserait nombre de sociétés qui elles-mêmes n'ont pas atteint la taille critique sur le marché », renchérit ce même analyste. EEM ne donne pour l'instant aucune indication quant à la politique qu'il mènera si l'opération est couronnée de succès. Le projet d'offre devra déjà passer la barrière du Conseil des Marchés Financiers (CMF) (avis de recevabilité encore non rendu à l'heure où nous mettons sous presse). Ce que ne mettent pas en doute les analystes financiers.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus