Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

EDF investit 33 millions d'euros dans l'arrêt de l'unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Chooz

, , , ,

Publié le

L’unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes) a été arrêtée le 24 février pour effectuer le rechargement d’une partie du combustible nucléaire. Ce chantier durera 70 jours et comportera toute une série d’opérations de maintenance au niveau des installations. EDF consacre 33 millions d'euros à cette visite partielle qui mobilisera plus de 2 000 salariés sur le site.

EDF investit 33 millions d'euros dans l'arrêt de l'unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Chooz
La centrale nucléaire de Chooz
© EDF

L'arrêt programmé de l'unité de production n°1 de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes), appelé visite partielle, permettra de changer un tiers du combustible, de réaliser des opérations de contrôles sur des matériels situés dans les parties nucléaires et non nucléaires et d'opérer des modifications destinées à augmenter son niveau de sûreté. Le montant des investissements réalisés par EDF à l’occasion de cette visite partielle s’élève à près de 33 millions d’euros. Ce chantier va mobiliser plus de 2 000 salariés d’entreprises prestataires qui œuvreront sous la supervision des 770 salariés EDF de la centrale nucléaire. 83 entreprises locales sont mobilisées.

Plus de 8 300 activités de contrôles et de maintenance sont prévues sur cet arrêt qui durera jusqu’au 4 mai 2017.

Parmi les principaux travaux/contrôles réalisés lors de cette visite partielle figurent la modernisation de la machine de chargement du combustible, l'exécution d’épreuves hydrauliques destinées à mettre sous pression différents matériels de sauvegarde de la partie nucléaire afin d’en vérifier l’étanchéité ainsi que la réalisation de contrôles sur le mécanisme (tiges) qui permet d’insérer les grappes de commandes dans le cœur du réacteur.

La mise en place d’une nouvelle détection incendie dans le bâtiment réacteur et la maintenance complète de l’un des deux diesels de secours du site (diesel de 6 600 V, 16 cylindres) et de l’un des trois corps basse pression de la turbine sont aussi programmées.
Enfin, il sera procédé à des contrôles préalables afin de consolider le programme de maintenance des visites décennales programmées en 2019 (tranche 2) et 2020 (tranche 1).

Durant toutes les étapes des arrêts d’une unité de production, EDF travaille sous le contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). EDF lui communique ainsi le programme de chaque arrêt et l’ASN peut effectuer à tout moment des inspections inopinées. Elle veille ainsi à la qualité de la réalisation des travaux, à la sécurité, à la radioprotection, à la qualité du tri et de la gestion des déchets. Une fois les opérations de contrôle et de maintenance achevées, EDF transmet à l’ASN les résultats obtenus ainsi qu’un bilan. Après analyse de ces éléments, l’ASN donne le feu vert pour le redémarrage du réacteur.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • EDF/CNPE à CHOOZ (08600)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus