EDF initie son parc d'hydroliennes en Manche

Par  - Publié le
Hydrolienne - EDF - Brest - Août 2011
© Ph. Dureuil - EDF

La première des 4 hydroliennes du futur par d'EDF en mer de Manche, est partie de Brest hier, mercredi 31 août 2011. Elle doit être testée au large de l'ile de Bréhat, dans les Côtes d'Armor, avant un déploiement possible à plus grande échelle.

Bien calée entre les deux flotteurs de sa barge de transport en forme de catamaran géant, l'hydrolienne de 16 mètres de diamètre a quitté hier après-midi la base navale de Brest. Après quelques essais de levage et manutention en mer, elle arrivera dans quelques jours sur le site de Paimpol-Bréhat, à 15 km de la côte, où elle sera immergée par 35 mètres de fond.

Le début d'une campagne d'essais de deux mois. Et une étape cruciale dans le projet d'EDF d'installer, à l'automne 2012, un parc de 4 hydroliennes qui utiliseront les forts courants des marées pour produire de l'électricité et l'envoyer sur le réseau. L'ensemble délivrera une puissance modeste de 2 MW, de quoi alimenter 2000 à 3000 foyers. Mais si tout se passe bien, ce sera une première mondiale.

Simplement posée au fond de la mer - elle pèse quand même 1000 tonnes ! - l'hydrolienne a été conçue par  l'irlandais OpenHydro. Le modèle en partance pour Bréhat a été peaufiné avec EDF, afin d'améliorer son hydrodynamique, mais aussi de la simplifier : le nombre de pales, par exemple, a été réduit.

"Avec l'aide de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, nous avons pu réaliser une modélisation 3D complète de l'hydrolienne en fonctionnement, afin d'optimiser sa conception", indique Jean-Charles Galland, responsable du développement de l'hydraulique chez EDF.

C'est DCNS, autre partenaire du projet, qui a fabriqué les 10 pales en matériaux composites. L'équipementier, qui détient 8% d'OpenHydro, a aussi réalisé l'assemblage final de l'hydrolienne, avec la turbine fabriquée, elle, chez OpenHydro.

L'enjeu du futur parc de Paimpol-Bréhat est de montrer la faisabilité, à une échelle industrielle, de la production d'électricité par les courants marins. Avant d'envisager des "fermes" de plusieurs dizaines d'hydroliennes. Les tests, d'abord avec le prototype isolé, puis avec les 4 machines connectées au réseau, auront aussi pour but de valider la fiabilité du convertisseur électrique immergé, et du système de câblage et de raccordement à la côte.

Pour l'heure, opérateur, industriels et élus locaux affichent leur satisfaction de voir aboutir un projet lancé en 2004. Même le Comité local des pêches de Lannion-Paimpol se réjouit. Les pêcheurs ont été associés très tôt à l'aventure, afin d'anticiper l'impact éventuel du parc sur leur activité.

Et le bilan est positif jusqu'ici. L'opération a même été l'occasion de financer une meilleure surveillance de la faune locale : parmi les "mesures d'accompagnement",une opération de marquage des homards, ressource importante de l'économie locale, a en effet été mise en place.

L'hydrolienne d'EDF avant son départ de Brest

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous