L'Usine de la Santé

Analyser les enjeux de l’industrie pharmaceutique, avec des champions nationaux (Sanofi…) confrontés à la concurrence mondiale. Décrypter les réformes du système du médicament et les affaires qui peuvent secouer le secteur. Comprendre la mutation générée par l’arrivée des biotechs, medtechs (les fabricants de dispositifs médicaux) et des acteurs de la e-santé, Google en tête.
Mais aussi découvrir les pépites et tendances de la cosmétique, avec une filière française emmenée par le numéro un mondial L’Oréal. Vous apporter un éclairage différent, c’est l’ambition de L’Usine de la Santé.

L'Usine de la Santé

E-santé : les industriels sont pour, les professionnels de santé dubitatifs

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
e-santé
© jfcherry - Flickr - c.c.

  Le Cercle des Décideurs Numérique et Santé vient de publier le premier indice de la e-santé en France, véritable baromètre des attentes des professionnels du secteur et des industriels en la matière.

La e-santé aurait-elle du mal à se frayer un chemin chez les acteurs du secteur ? C'est la conclusion du premier "indice de la e-santé en France", calculé par le Cercle des Décideurs Numérique et Santé suite à un sondage effectué l'été dernier sur un panel d’acteurs de santé et d’experts de la e-santé.

4,72/10 à 2 ans et 6,40/10 à 5 ans... Le premier Indice de la e-Santé en France fait état d'un climat morose et une confiance des acteurs de santé (médecins, associations de patients, industriels, pouvoirs publics…) plus que mitigée.
   
Selon le communiqué du Cercle des décideurs, "si 92,40 % des participants ont répondus positivement à la question 'Pensez-vous que la e-Santé peut contribuer à la santé des Français ?', ils n’ont qu’une confiance toute relative dans le développement de celle-ci à court et moyen terme, et ce qu’ils soient médecins, directeurs d’établissement hospitalier, représentants des associations de patients et d’usagers, membres des pouvoirs publics".

Ainsi, les professionnels de santé soignants (médecins, infirmiers, pharmaciens, biologistes médicaux, …) sont les répondants les plus pessimistes vis-à-vis de l’e-santé, quand les collectivités territoriales et les industriels du secteur lui accordent le bénéfice du doute, et y croient même franchement pour 2017.

 

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous