Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Duralex se dote d’un nouveau four

, ,

Publié le

Le spécialiste du verre de table Duralex va mobiliser 9 millions d’euros pour remplacer son four de La-Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret). Il envisage une hausse de ses capacités de 70 %.

Duralex se dote d’un nouveau four
Atelier de production Duralex de La-Chapelle-Saint-Mesmin.
© Duralex

L’icône des cantines scolaires va mieux. Le fabricant des verres de table Duralex, ceux dans lesquels on recherche le numéro, modernisera son site de La-Chapelle-Saint-Mesmin, en périphérie d’Orléans (Loiret), à l’été 2017. L’industriel changera notamment son four principal afin d’accroitre ses capacités. L’investissement est estimé entre 8 et 9 millions d’euros, et la PME de 250 salariés sera aidée par la région Centre-Val de Loire à hauteur de 400 000 euros.

Une seconde phase de travaux est envisagée dans la foulée. Le budget de cette nouvelle tranche est estimé entre 4 et 5 millions d’euros.

Aujourd’hui, Duralex produit 85 millions de verres, coupes et autres pichets en verre, dans des formes, des couleurs et des designs plus larges qu’autrefois. Ce qui représente environ 100 tonnes de verre transformé par jour. Selon Gérard Dansette, directeur industriel, le nouveau four et les machines qui seront installées l’été prochain porteront la capacité à 170 tonnes.

80 % de la production exportée

Cette augmentation de capacité répond à une demande accrue pour Duralex, qui exporte 80 % de sa production. Si les marchés occidentaux tirent l’activité, Duralex effectue une belle progression en Chine et en Corée. "Contrairement aux idées reçues, le marché asiatique est très exigeant et nous devons répondre à la montée en gamme", explique Antoine Ioannides président de Duralex, qui a réalisé 30,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

Beau retournement de situation pour Duralex, repris par Antoine Ioannides à la barre du tribunal de commerce en 2008. Confrontée à des coûts de production élevés et à la concurrence turque et asiatique, la PME accumulait les pertes.

En 2007, Duralex employait 350 personnes pour 33 millions d’euros de chiffre d’affaires. Un an plus tard, lors de la reprise, il restait 236 personnes, 200 avaient été conservées.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus