Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Duqueine prend des robots comme modèles

Olivier James

Publié le

Made in France

Duqueine prend des robots comme modèles
Duqueine a investi près de 25 millions d’euros dans son usine à Civrieux. Ultramoderne, elle doit répondre à l’accélération des cadences de production.

Pour ne pas délocaliser, il faut au-to-ma-ti-ser ! Voilà le credo de Gilles Duqueine, le PDG du groupe du même nom, dont le siège social se trouve à Massieux (Ain). Il s’agit même d’une stratégie vitale pour l’entreprise, spécialisée dans les matériaux composites destinés au secteur aéronautique. Ceux-ci nécessitent de très nombreuses opérations humaines : placement des fibres, introduction dans les autoclaves, contrôle par ultrasons… "C’est d’abord pour des raisons de reproductibilité des pièces complexes, de qualité des produits que nous optons pour l’automatisation", tient à souligner le PDG. Mais pas seulement. "Le coût de la main-d’œuvre représente 60 % du coût de production, précise-t-il. L’automatisation des process permet de le diviser par deux. Cette solution, c’est la survie du métier".

Et plutôt que de délocaliser la production des matériaux composites au Maghreb, au Maroc et en Tunisie, ce qui est très fréquent, le patron a fait le choix de la robotiser en France. Et plus précisément à Civrieux (Ain), où Duqueine a investi près de 25 millions d’euros dans une usine ultramoderne. Son parc d’outils d’automatisation a été conçu directement par les équipes du groupe, qui ont établi les plans puis fait assembler des machines. Opérationnelle depuis mars 2013, elle fabrique les cadres de fuselage de l’A350, le dernier-né des long-courriers d’Airbus. "Usine modèle du groupe", comme l’affirme son patron, cette installation de 15 000 mètres carrés est soumise, comme chaque maillon de l’aéronautique, à la montée des cadences de la production. Elle va devoir produire 100 cadres par jour à partir de 2017, soit une pièce de 6 mètres de diamètre toutes les 13 minutes !

Repères

Spécialiste de matériaux composites
720 salariés
60 millions d’euros
de chiffre d’affaires
6 usines, dont 1 en Roumanie et 1 bientôt au Mexique
3 secteurs d’activité (aéronautique, industrie, sports et loisirs)

 

L’usine de Civrieux fait déjà des petits. À Nantes (Loire-Atlantique), notamment, où un nouveau bâtiment de 6 000 mètres carrés, tout juste inauguré et qui hébergera lui aussi des process d’automatisation, produira dès la fin 2016 des pièces pour la pointe avant de l’A 350. L’investissement global avoisine les 10 millions d’euros et pourrait permettre l’embauche de 20 à 30 personnes. "Pour la France, l’idée est d’éliminer toutes les phases manuelles à faible valeur ajoutée, résume Gilles Duqueine. La présence de l’homme ne doit être conservée que sur les phases essentielles à haute technicité". Autrement dit, le réglage des machines, la programmation ou encore le contrôle de la production…

À terme, le patron admet que l’usine de Civrieux, si elle donne satisfaction, sera amenée à être dupliquée… à l’étranger. Car Gilles Duqueine envisage de répartir sa production en France et à l’étranger. Comme le prouve son actuelle usine implantée en Roumanie, semi-automatisée, qui fabrique des pièces à plus faible valeur ajoutée. Duqueine s’apprête aussi à ouvrir un site au Mexique, terre d’accueil des sous-traitants aéronautiques, qui devrait être opérationnel entre fin 2015 et début 2016. "Dans les matériaux composites, il est indispensable de posséder à la fois des usines en France et à l’étranger, assure Gilles Duqueine. Certes la production low cost est rentable, nous devons la proposer à nos clients, mais la proximité géographique est aussi essentielle."

Olivier James

La vraie bonne idée

Automatisation ultramoderne et emplois de haute technicité en France ; process manuels et pièces à moins forte valeur ajoutée dans les destinations low cost. Cette stratégie, "indispensable" selon Gilles Duqueine, le PDG du spécialiste des matériaux composites pour l’aéronautique, est en cours de déploiement en France, à Civrieux (Ain) et à Nantes (Loire-Atlantique), ainsi qu’à l’étranger (en Roumanie et au Mexique). Elle permet de proposer des pièces à des prix compétitifs et de rester proche des grands donneurs d’ordres.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus