Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Dow conforte son centre R&D à Sophia Antipolis

Michel Bovas (Alpes-Maritimes) , , ,

Publié le

Présent depuis 40 ans sur la technopole de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), Dow investit 2,3 millions d'euros dans la rénovation de son centre d’innovation où l’effectif est passé de 90 à 161 salariés en 2014.

Dow conforte son centre R&D à Sophia Antipolis © Fotolia

Le groupe chimiste américain Dow conforte sa présence sur la technopole azuréenne en regroupant ses équipes R&D et support dans son centre d’innovation qui vient de subir une cure de rénovation pour un coût de 2,3 millions d'euros. Le bâtiment Dow regroupe désormais 161 personnes sur un terrain de 7 hectares. Il a notamment intégré les 71 salariés de Dow AgroSciences qui était implanté sur la partie Mougins de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). Présent dès l’origine sur la technopole, Dow a absorbé en 2009 un autre chimiste, le groupe Rohm and Haas, également présent avec un établissement à Sophia Antipolis. Les équipes seront désormais regroupées.

A Sophia Antipolis, Dow héberge les activités commerciales et support technique en complément des équipes R&D pouvant répondre aux clients de cinq de ses six divisions. Sur la technopole les équipes de chercheurs possèdent une solide expertise dans les polymères en milieux aqueux qui interviennent dans la composition des produits de construction, les adhésifs, les revêtements, les peintures routières, l’emballage alimentaire, l’agriculture, la détergence et les cosmétiques. Dow est d’ailleurs à proximité du pôle aromatique et de parfumerie du bassin Grassois et Cannois. La pépinière Innovagrasse héberge plusieurs entrepreneurs œuvrant dans son activité comme les peintures écologiques.

Dow forme également à Sophia Antipolis les clients à ses nouveaux produits. Dans ce cadre, la bonne desserte internationale de l’aéroport Nice Côte d’Azur constitue un atout supplémentaire qui renforce la justification de la présence de son centre Antipolis. Enfin, le chimiste américain a bénéficié de 8,3 millions d’euros du crédit impôt recherche (CIR) à la fois à Sophia Antipolis et aussi dans trois autres sites en France.

Michel Bovas

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus