Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Dix ans après le début du chantier, l’EPR débute ses tests

Ludovic Dupin ,

Publié le

EDF annonce avoir franchi une étape importante sur son chantier de l’EPR de Flamanville. L’entreprise lance les essais à froid de son réacteur en vue d’un démarrage en 2018.

Dix ans après le début du chantier, l’EPR débute ses tests © Ludovic Dupin

C’est une étape majeure que vient de franchir EDF sur son difficile chantier de construction d’un EPR à Flamanville (Manche). Le jeudi 16 mars, l’électricien a annoncé le lancement de "la phase des essais d’ensemble de l’installation, conformément au planning annoncé en septembre 2015". A cette date, Jean-Bernard Lévy avait annoncé une remise à plat des dates de ce chantier lancé en 2007 et qui sera mis en service en 2018, avec six ans de retard.

 "Ces essais, qui s’échelonneront jusqu’au dernier trimestre 2018, permettront de vérifier et de tester le fonctionnement de tous les circuits de l’EPR. Ils mobiliseront plus de 1000 ingénieurs et techniciens expérimentés venant d’EDF et de partenaires industriels", explique EDF dans un communiqué.

 
 DÉMARRAGE EN 2018
 "La première phase de ces essais débute avec les opérations dites de chasses en cuve. Ces opérations consistent à faire circuler de l’eau à très grand débit dans l’ensemble des tuyauteries reliant les systèmes de sauvegarde de l’installation au circuit primaire principal et à la cuve du réacteur. Ces opérations de rinçage des circuits sont prévues jusqu’à l’été 2017. Elles seront suivies par les essais dits « à froid ». Chacun des matériels sera alors testé afin de vérifier qu’il remplit la fonction qui lui a été assignée à la conception de l’installation", décrit l’entreprise.
 
 Avec cette étape, l'entreprise assure qu’elle pourra respecter son prochain jalon au quatrième trimestre 2018 date à laquelle le réacteur sera chargé en carburant et démarré. La mise en service commercial aura lieu début 2019.  Reste toutefois à lever une grosse hypothèque, celle de la cuve de l’EPR.
 
La découverte en avril 2015 d’une anomalie de teneur de carbone dans le couvercle et le fond de la cuve. EDF a mené une campagne de tests pour prouver que la solidité de cet équipement clé où se déroule la réaction nucléaire. Ces résultats sont aujourd’hui entre les mains de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui rendra sa décision avant l’été 2016. EDF est sûr de son matériel et assure ne pas avoir prévu de plan B. De son côté, le gendarme de l’atome n’hésite pas à parler d’un risque industriel pris par l’électricien.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus