Descartes, un prototype pour gérer les crises

Par  - Publié le
Descartes
© Thales

Thales et le CEA, associés à 3 PME,  ont développé un système pour coordonner tous les acteurs –pompiers, police, santé et autorités civiles- lors d’une crise grave en milieu urbain.

Plusieurs attentats simultanés dans le RER parisien, un sur-attentat sur l’un des sites, un nuage toxique (radiologique ou chimique) qui se répand dans les rues. Pour tester leur prototype de système de gestion de crise, les partenaires du projet Descartes ont choisi un scénario chargé.

L’exercice d’évaluation a été "joué" en janvier dernier chez Thales Research, à Palaiseau, avec des opérationnels (préfecture, santé, force de l’ordre, pompiers). Le système était présenté la semaine dernière. Descartes permet le partage des informations à tous les niveaux, du ministre ou du préfet jusqu’au policier ou pompier. Il doit couvrir tous les aspects de la gestion de crise : évaluation de la situation, suivi des actions, anticipation de l’évolution (risque de nouvel attentat…), formation et retour d’expérience.

C’est encore un prototype, mais il résulte de 42 mois de travail. Thales, pour concevoir son architecture, a pu s’inspirer des systèmes de commandement qui existe dans le militaire. Mais de nombreux modules ont été développés spécifiquement, avec des équipes du CEA et 3 PME spécialisées. Geo212 et GeoConcept ont travaillé sur la partie Système d’information géographique, qui permet de localiser les informations et de suivre l’évolution de la situation. Masa Group a fourni un outil de simulation de comportements humains – ceux des acteurs de la gestion de crise et ceux des foules.

Suivi des missions

Le CEA-List a développé un module de suivi de missions : il établit l’état d’avancement des actions (en cours, en  retard, très en retard…) par rapport au plan décidé. Et un logiciel d’agrégation d’information, qui en fonction des données disponibles propose des décisions à partir de règles expertes (faut-il évacuer une zone ? ou bien seulement ordonner le confinement des habitations ?).

Autre innovation : un outil de veille événementielle, qui analyse en temps réel les dépêches qui tombent pour permettre aux responsables de la communication de réagir : rectifier une inexactitude, organiser un point presse… Le CEA DAM (applications militaires), a fourni le logiciel de modélisation du panache de nuage toxique : il prévoit la progression des toxiques en tenant compte de la configuration des rues et des bâtiments. Ainsi qu’un outil d’évaluation des dégâts sur les bâtiments, à partir d’images satellites. Thales, quant à lui, est responsable du module d’ordonnancement, qui permet d’organiser les actions en fonction des niveaux d’urgence, des contraintes (trafic…) afin, par exemple, de minimiser le temps d’évacuation des victimes.

Un ensemble complexe, qui doit encore être optimisé. "Nous avons deux ans de développement devant nous, pour aboutir, en concertation avec les différents acteurs de la gestion de crise, à un système complètement opérationnel", indique Guy Panaget, responsable du projet chez Thales. Un travail qui passera aussi par l’intégration de Descartes avec les outils existants, comme par exemple Adagio, le système de gestion opérationnelle des sapeurs-pompiers de Paris.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous