Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des grandes entreprises encore bien machos

Christophe Bys

Publié le

Décriée comme de la discrimination positive, la loi Copé-Zimmermann a réussi à faire entrer plus de femmes dans les conseils d’administration. Mais l’accès aux postes de direction reste une course d’obstacles pour celles-ci.

 

La loi Copé-Zimmermann est proche du but : avoir 40 % de femmes au minimum dans les conseils d’administration et de surveillance en 2017. Sur les 62 plus grandes entreprises françaises cotées étudiées par Michel Ferrary, professeur à Skema, la part de femmes frôlait 36 % en 2015 (contre 8, 5 % en 2008). Preuve que les entreprises qui prétendaient ne pas trouver de femmes pour occuper ces fonctions n’avaient pas dû très bien chercher… Les promoteurs de la loi pariaient sur le fait que la féminisation des organes de contrôle aurait un effet d’entraînement sur l’entreprise. Sur ce point, on est loin du compte. Sur l’échantillon retenu, le « peut mieux faire » s’impose, même si certaines entreprises, dans des secteurs masculins comme l’industrie, font preuve de volontarisme, à l’image d’Engie, d’Orange et de Suez. Ferrary montre l’existence d’un mur d’enceinte autour des grandes entreprises, aux conditions de travail souvent très favorables, qui ne comptent que 36,3 % de femmes dans leurs effectifs quand celles-ci représentent 47,98 % de la population active. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus