Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Dassault encore dans la course pour vendre des Rafale à la Suisse

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le , mis à jour le 06/09/2017 À 06H54

Vu sur le web La Suisse rouvre la boite de Pandore pour l'industrie de l'armement européen. Si le nouvel appel d'offres que la Confédération helvétique s'apprête à lancer voyait le jour, qui du Gripen, du Rafale, ou de l'Eurofighter sera préféré? A moins que les chasseurs américains perturbent à nouveau le jeu.

Dassault encore dans la course pour vendre des Rafale à la Suisse © Dassault Aviation - A. Daste

La saga du renouvellement des avions de combat en Suisse semble se réanimer. Le pays le plus neutre du continent voudrait bien se séparer de ses McDonnell Douglas F/A-18 qui volent depuis 1997. Après un premier appel d'offres avorté en 2008, un deuxième abandonné en 2014 au cours duquel le Gripen du suédois Saab avait été un temps choisi, le ministre de la défense helvète s'apprête à demander un budget de 9 milliards de francs suisses (7,9 mds d'euros) pour l'acquisition de 30 à 40 nouveaux appareils, rapporte le quotidien zurichois Tages Anzeiger. Si le processus poursuit cette fois son cours, on retrouve dans les rangs pour y répondre : Dassault, Saab et Lockheed Martin notamment.

Dans le détail, sur une enveloppe de 9 milliards, Guy Parmelin voudrait consacrer 6 à 8 milliards de francs suisses exclusivement pour le renouvellement total de sa flotte de jets de combat.  La somme restante vise l'acquisition de nouveaux matériels destiné à un nouveau système de défense antimissile longue portée, croit savoir le quotidien économique.

Une nouvelle fenêtre pour le Rafale?

Fin 2011, la Confédération helvète avait déjà entamé un projet de renouvellement d'ampleur. Au cours d'un long processus d'appel d'offres, émaillé de procédures judiciaires, celui-ci a été abandonné. Initialement, la Suisse avait retenu le Gripen de Saab dans le cadre d'un contrat de 3,1 milliards de francs suisses pour 22 avions, mais une votation de mai 2014 avait sonné le glas des espoirs de l'industriel suédois. Le Rafale, retoqué à l'époque, avait cependant obtenu les meilleures notes d'évaluation sur les critères opérationnels. Le prix proposé par Dassault a en revanche douché les ardeurs de Berne.

S'agissant du projet actuel, le ministre de la défense a les idées claires quant aux types d'avions qui sont possibles. Il souhaite obtenir l'autorisation du parlement suisse d'inviter cinq fabricants à participer. Le Gripen suédois vient à nouveau dans la sélection. Le Rafale et l'Eurofighter sont déjà connus en Suisse. Il y a également deux jets américains sur la liste de souhaits de Guy Parmelin : le modèle successeur du F/A-18, le Super Hornet. Et, plus surprenant, vu puisque c'est une question de budget qui a fait échouer le précédent appel d'offres, le ministre veut également tester le chasseur actuellement le plus cher au monde, le F-35.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/09/2017 - 14h20 -

Techniquement je pense que c'est une bonne chose. Je crois en l'impartialité technique de nos voisin helvètes. Le fait qu'ils relancent une campagne d'essai permettra d'évaluer / comparer les aéronef entre eux. Aura- t-on une confirmation des résultats avec les anciens participants? le F35 sera t-il aussi performant que l'annonce la "légende"? Sans aucun chauvinisme du tout (enfin presque) je suis prêt a mettre un petit billet sur notre avion national. Mais cela n'engage que moi...
Répondre au commentaire
Nom profil

11/09/2017 - 16h33 -

En tant qu'helvete, je pense que le f-35 sera très vite abandonné et ce sera surtout un essai de 'courtoisie'. En effet celui-ci a deux éléments en sa défaveur : - il est trop cher (à l'achat et en coût par heure de vol) - il ne correspond pas au cahier des charges dressé par l'armée suisse Il y a de fortes chances que les grippen et les rafales restent en lice. Je ne serai par contre pas étonné que les super f-18 block-C reviennent en force..
Répondre au commentaire
Nom profil

22/09/2017 - 16h36 -

En fait de ‘légende’ le F-35 a surtout été le sujet d’une campagne de dénigrement sans précédent. Contrairement à ce qui est marqué dans cet article le prix d’achat du F-35 est comparable à celui du rafale, seul l’entretien semble encore plus cher mais sans doute plus pour longtemps. Mais il y a surtout le problème des capacités le F-35 est très largement supérieur au rafale et largement plébiscité dans les pays qui ne sont pas à la botte des russes ou des chinois. Acheter des rafales aujourd’hui serait une erreur grossière. Je suis curieux de connaitre la suite de cette affaire.
Répondre au commentaire

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus