Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

Croissance Plus souffle un programme de créativité fiscale aux candidats

Arnaud Dumas , , ,

Publié le

L’association des entrepreneurs en croissance a finalisé ses propositions aux candidats à l’élection présidentielle. Elles se rapprochent beaucoup de celles de François Fillon et d’Emmanuel Macron, notamment sur la fiscalité des entreprises et sur l’emploi.

Croissance Plus souffle un programme de créativité fiscale aux candidats
Jean-Baptiste Danet, le président de Croissance Plus

Les entrepreneurs de Croissance Plus veulent peser dans l’élection présidentielle. L’association vient de présenter ses propositions aux candidats à l’élection présidentielle. Elles sont axées autour de quatre thèmes, l’emploi, la fiscalité, le financement des entreprises et le numérique. Au programme des entrepreneurs de croissance, libéralisation du contrat de travail, simplification de la fiscalité du capital, ou encore réduction des cotisations patronales et salariales.

"Notre grande idée, c’est de réconcilier les acteurs économiques du pays, explique Jean-Baptiste Danet, le président de Croissance Plus. Pour chaque proposition, nous explorons en quoi elle permet un bénéfice pour l’entrepreneur, pour le pays et pour le salarié."

Deux candidats ont leur faveur

Des propositions qui risquent de ne pas avoir le même écho auprès de tous les candidats. L’association d’entrepreneurs déclare ne rouler pour aucun en particulier mais, sans surprise, l’association d’entrepreneur confirme qu'elle a eu un retour négatif de la part de Jean-Luc Mélenchon, et un désintérêt poli de Benoît Hamon. Les représentants de Croissance Plus n’ont pas contacté Marine Le Pen, qui n’a pas encore formalisé son programme.

"Ce que nous voulons, c’est un débat économique et il nous faut deux candidats sérieux pour cela, affirme Jean-Baptiste Danet. Avec François Fillon et Emmanuel Macron, on peut avoir un tel débat."

Et pour cause. Plusieurs propositions se rapprochent des idées de ces deux candidats. Comme sur la réduction des cotisations salariales. Croissance Plus propose de réduire les cotisations sociales salariales de 2,6 points, en les remplaçant par une augmentation de la CSG de 1,2 point. Une mesure assez similaire à la suppression totale des cotisations chômage proposées par le candidat d’En Marche !

L’association patronale propose également de simplifier le barème des cotisations patronales, en un barème unique et progressif en fonction du niveau de salaire. Ce barème intégrerait notamment les allègements Fillon et le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Elle propose aussi de créer un "CDI agile" prévoyant les conditions de sa rupture, ou encore d’empêcher les requalifications en contrat de travail du statut d’autoentrepreneur.

Favoriser le retour à l’emploi

"Le retour à l’emploi est le plus important, il faut arrêter de dire que l’on va rémunérer les gens qui ne travaillent pas, martèle Jean-Baptiste Danet, prenant de nettes distances avec Benoît Hamon. Ce qu’il faut, c’est mettre les conditions du retour à l’emploi en place."  Au menu, des mesures pour faciliter la mobilité des chercheurs d’emploi, améliorer la formation professionnelle, développer l’alternance, etc.

Côté fiscalité, là encore, les propositions de Croissance Plus ressemblent à celles de François Fillon qui veut réduire le taux d’impôt sur les sociétés et supprimer l’ISF. Croissance Plus préconise un taux d’IS à 20 % en supprimant toutes les niches fiscales sauf le Crédit d’impôt recherche. Les taxes avant le bénéfice devraient également être supprimées et remplacées en partie par un IS local (pour les collectivités territoriales) à 5 %. Pour les plus-values de cession de valeurs mobilières, Croissance Plus milite pour une "flat-tax" à 28 %, contre 30 % dans le programme de François Fillon.

Pour les représentants de l’association, pas question de parler de cadeaux fiscaux. "Ces mesures ont l’air d’être des baisses d’impôt mais ça n’en sont pas, assure Jérémie Jeausserand, l’avocat fiscaliste qui a piloté le groupe de travail de Croissance Plus sur la fiscalité. Il s’agit de réaménagements des taux qui vont conduire à des augmentations de recettes."

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus