Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Crise ukrainienne : Moscou se rebiffe et promet une hausse des prix de l'énergie

, , , ,

Publié le

Visée par de nouvelles sanctions de l'UE et des Etats-Unis, la Russie promet de riposter, notamment en augmentant les prix du gaz. 

Crise ukrainienne : Moscou se rebiffe et promet une hausse des prix de l'énergie

Alors que l'Union européenne a décidé de bloquer les avoirs de quatre oligarques russes proches de Poutine, dans le cadre de la politique de sanctions graduées visant à punir la Russie pour son rôle présumé dans le crash du vol MH17 à Donetsk, les Etats-Unis passent également à la vitesse supérieure et imposent de nouvelles sanctions dans le secteur clé de l'énergie.

Face à ces mesures, Vladimir Poutine hausse le ton et promet de riposter en augmentant les prix du gaz. Après avoir dénoncé "des sanctions antirusses tirées par les cheveux et illégitimes", Sergueï Lavrov, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que ces sanctions vont "inéluctablement avoir pour résultat une hausse des prix sur le marché du gaz en Europe".

L'Europe achète, aujourd'hui, à la Russie environ 30% du gaz naturel qu’elle consomme. Cette menace pourrait donc peser lourd sur le portefeuille des Etats membres de la zone. 

Les industriels français : victimes collatérales 

D'autre part, cette nouvelle Guerre froide va inéluctablement se répercuter sur les activités des industriels français. A l'image de JCDecaux qui a annoncé, ce 31 juillet, un recul de ses résultats au premier semestre, conséquence directe de la situation en Russie.

Dès le mois de janvier 2014, la filière porcine, pour laquelle la Russie avait décrété un embargo total sur les porcs vivants et sur la viande congelée provenant des pays de l’Union européenne avait dû faire le deuil de son premier client à l’export. De leur côté, les industriels de l’aéronautique craingnent de plus en plus d'être eux aussi touchés, conséquence de l’approvisionnement en titane en provenance d’Ukraine, désormais plus qu'incertain.

Même si la Russie n'a pas donné plus de détails sur ces augmentations de prix du gaz, cette décision pourrait contribuer à isoler davantage Moscou sur la scène politique internationale. 

Wassinia Zirar

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus