Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Créations et défaillances d'entreprises : 2010 commence mal

Christophe Bys

Publié le

L'amélioration de la conjoncture fin 2009 ne profite pas aux entreprises. Les créations d'entreprises marque le pas en janvier, même si les auto-entrepreneurs tempèrent l'ampleur de la baisse. Plus inquiétant, le nombre de défaillance a crû en janvier. Plus de 20 000 emplois sont concernés. Dans l'industrie, ces deux indicateurs sont particulièrement mauvais.

 Si l'esprit d'entreprendre est un indicateur de la conjoncture économique, 2010 ne commence pas très bien, comme le montre la publication simultanée des statistiques sur les créations d'entreprises par l'Insee et celles de défaillances par la Coface, pour le mois de janvier.
Commençons par les créations. Il est en nette baisse par rapport au mois de décembre de 27,4 %, si on ne tient pas compte des auto-entrepreneurs. Seulement 19 757 nouvelles entreprises ont vu le jour au début de 2010. Toutefois, en incluant les auto-entrepreneurs, la baisse se réduit et n'est plus que de 7,7 %. Certains secteurs sont particulièrement touchés. Ainsi, dans l'industrie, le nombre de créations a baissé de 39,9 % (auto entrepreneurs compris). Idem pour les transports (-10,8 %) et l'hébergement-restauration (-10,0 %). A l'inverse, les services aux ménages sont les seuls secteurs où le nombre d'entrepreneurs croît par rapport au mois dernier (+2,7 %).

Sur les douze derniers mois, le succès de l'auto-entreprise est telle que   le nombre d'entreprises a littéralement bondi de 78,6 % par rapport à la même période un an plus tôt.

Bond des défaillances d'entreprises

Côté défaillances d'entreprises, les résultats ne sont guère meilleurs. Janvier 2010 signale une reprise du nombre de défaillances, après trois mois où elles avaient reculé. Ce sont 6 313 défaillances qui ont été comptabilisées durant le premier mois de 2010, soit une hausse de 23 % par rapport au mois de décembre 2009, et de 6,6 % par rapport au mois de janvier. Sur les douze derniers mois, le nombre de défaillances dépasse la barre des 67 000. Près d'une défaillance sur quatre concernait une micro entreprise en janvier.

Comme pour les créations, de fortes variations existent d'un secteur à l'autre. Dans les métaux, la croissance sur 12 mois est de 53,4 %, elle est de 40,7 % pour les biens d'équipements industriels. L'agroalimentaire, le secteur des biens de consommation, les services collectifs et l'énergie voit le taus de défaillance reculé.

Plus de 21 000 emplois menacés

Globalement, la croissance du nombre de défaillances se traduit dans l'encours des impayés. En janvier, il double par rapport à décembre atteignant 526 millions d'euros. La Coface estime que 21 298 emplois supplémentaires sont menacés par les défaillances de janvier.

Toutefois, elle ne revient pas pour l'instant sur ses prévision de baisse du nombre de défaillances par rapport à 2009. La reprise des défaillances est, pour elle, une « alerte ».


RECEVEZ GRATUITEMENT TOUS LES MERCREDIS LA NEWSLETTER « LA SEMAINE DE L'ÉCONOMIE »

INSEE, OCDE, FMI, BERCY, OFCE, BCE, indice de la production industrielle, Usinenouvelle.com réalise la synthèse des indices conjoncturels pour déchiffrer l'économie avec l'objectivité des chiffres et les avis des meilleurs experts.


 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

19/02/2010 - 20h22 -

personne n'en parle aux ministres tout doit changer dans cette France moribonde , et pendant ce temps les journaliste nous parle de freche
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus