Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Coup d'envoi à Toulouse du programme Performances Industrielles 2

,

Publié le

Fort du succès du programme Performances Industrielles, conduit entre 2014 et 2016, en vue de consolider l'ensemble de la supply chain française, le Gifas a annoncé le coup d'envoi d'une phase 2, doté d'un budget de 17,6 millions d'euros. Le lancement vient d'être donné à Toulouse (Haute-Garonne).

Coup d'envoi à Toulouse du programme Performances Industrielles 2 © Airbus/Charles Abarr/DR

La méthode a porté ses fruits. Entre 2014 et 2016, 401 PME françaises et 69 donneurs d'ordres, organisés en grappes, associant chacune une poignée de PME et un fournisseur, ont bénéficié du projet Performances Industrielles, un plan triennal d'amélioration de la filière aéronautique, conduit par le Gifas, en tant que maître d'œuvre et l'association SPACE (Supply chain Progress towards Aerospace Community Excellence), basée à Blagnac (Haute-Garonne), dans l'agglomération toulousaine. Fort des résultats obtenus, Marwan Lahoud, président du Gifas, a annoncé dernièrement le lancement officiel d'un nouveau programme national, Performances Industrielles 2 (PI 2). Son lancement national sera donné à l'occasion du prochain Salon du Bourget. Un premier coup d'envoi vient d'être donné à Toulouse, le mercredi 7 juin, par la région Occitanie et le Gifas.

Un budget de 17,6 millions d'euros sur 3 ans

Dans le contexte de forte croissance du secteur et des montées en cadences imposées par les avionneurs, l'objectif reste le même : améliorer les performances de la supply chain française en ponctualité et qualité, en aidant les PME à mieux gérer leur plan de charge et leur capacité. La recette : la conjugaison d'une démarche collective engagée dans le cadre de grappes d'entreprises et de démarches au cas par cas, avec pour les PME concernées, des journées d'audit, des journées d'accompagnement d'experts et des modules de formation adaptés.

17,6 millions d'euros seront investis dans cette deuxième phase du programme, avec cette fois-ci un engagement financier des 13 conseils régionaux à hauteur de 5,3 millions d'euros (avec un co-financement de l'Union Européenne), dont 850 000 euros pour la seule région Occitanie. Le Gifas contribue pour 2,6 millions d'euros, l'OPCAIM (Organisme Paritaire Collecteur Agréé des industries de la métallurgie) pour 1 million d'euro et les industriels pour 8,7 millions d'euros, dont 6 millions d'euros en temps valorisé de personnels détachés, principalement par les grands donneurs d'ordres. "Au total, 325 PME devraient être impliquées dans cette deuxième phase, dont 50 % de nouvelles par rapport à la phase 1", souligne Jean-Michel Poulier, directeur des affaires industrielles au Gifas.

Des résultats chiffrés et des retours d'expériences positifs

A l'issue de la phase 1, qui a totalisé 6 340 jours d'accompagnement des PME et 5 964 jours de formation, les résultats sont au rendez-vous : un gain de 10 points en moyenne pour l'OTD (On Time Delivery) et une réduction de l'ordre de 50 % des ppm (pourcentage de pièces de non qualité livrées). Sur l'Occitanie, bonne élève de la classe, avec 16 grappes engagées dans l'opération, mobilisant 76 PME, l'OTD a été amélioré de 55 % pour passer en moyenne de 76 % de respect des délais à 89 % et une réduction de 54 % de la non-qualité. "Un niveau supérieur à la moyenne nationale", se félicite Eric Fanio, directeur de projet, chez SPACE.

"Nous avons gagné en maturité industrielle", souligne Fabienne Dupuis, directrice industrielle de Recaero Composites (30 salariés, 2,8 millions d'euros de chiffre d'affaires), à Mirepoix, en Ariège.

"18 mois après la fin du projet PI 1, nous affichons un OTD stabilisé dans la durée à 99 %", témoigne pour sa part Laurent Forax, PDG de F-Tech (140 salariés, 13 millions d'euros de chiffre d'affaires), basé à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), Mérignac (Gironde) et Saint-Jean-de-Védas (Hérault). "Nous avons l'intention de poursuivre la dynamique avec PI 2 et je souhaite que nos trois sites industriels soient impliqués dans l'opération".

Côté donneur d'ordres, Paul Gallard, directeur des achats chez Safran Ventilation System (Technofan), est également enthousiaste sur la méthode. "L'action collective via le travail en grappes est une réelle occasion d'améliorer les relations entre donneurs d'ordres et sous-traitants. Au sein du groupe Safran, participer au programme du Gifas est devenu un nouveau critère pour choisir ou pérenniser nos fournisseurs. Plus de la moitié des 401 PME de la phase 1 sont des fournisseurs de l'une ou l'autre des divisions du groupe. Nous avions besoin d'une nouvelle source pour des pièces en composite, nous l'avons choisi dans la grappe conduite par Safran Electrical and Power. Il s'agit de Recaero Composites, qui sera associée dans la phase 2 dans une nouvelle grappe que nous sommes en train de constituer".

Jérôme Labhar, directeur général de Git (80 salariés, 6 millions d'euros de chiffre d'affaires), une société de traitement de surface basée à Cugnaux (Haute-Garonne), confirme. "Nous avons décidé de nous réengager dans la phase 2, dans une grappe conduite par Zodiac Hydraulics, à Châteaudun, en Eure-et-Loir. C'est un de nouveaux clients et le programme sera une bonne occasion de mieux se connaître et de pérenniser nos courants d'affaires".

Améliorer la relation entre PME et donneurs d'ordres

Si le projet PI 2 met toujours au cœur de sa démarche une amélioration de la qualité et du respect des délais (Performances Industrielles 2), avec un objectif affiché de 90 % minimum d'OTD pour l'ensemble de la supply chain, l'amélioration des relations entre industriels au sein de la filière a également été mise au programme. "PI 2 doit permettre d'améliorer la relation entre les PME et leurs donneurs d'ordres en les amenant à avoir une vision partagée de leur relation industrielle", insiste Jean-Michel Poulier. SPACE a d'ailleurs développé un nouvel outil de mesure de cette relation qui va permettre d'accompagner les actions en vue de renforcer la communication entre les entreprises.

Les premières grappes de la phase 2 sont déjà constituées. La première a été lancée dès le mois d'avril autour de Ratier-Figeac, dans le Lot, suivie de près par MBDA, en région Centre-Val-de-Loire, Airbus à Toulouse et Dassault Aviation en Nouvelle Aquitaine. 52 têtes de grappes ont déjà été identifiées, avec pour cette phase 2, la possibilité de monter des grappes multi-régionales. D'ici septembre 2018, toutes les grappes devront être constituées. Le programme s'échelonnera alors jusqu'en mars 2020.

Marina Angel

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus