Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Comment relancer l'innovation made in France ?

Aurélie Barbaux

Publié le

Made in France Le nouveau site lafabriqueainnovations.com se propose de transformer des idées d’inventeurs ou des projets de design en produits made in France. Utopie ou bonne idée ?

Comment relancer l'innovation made in France ? © Curtis Gregory Perry - Flickr - C.C.

Bon, on le sait, les inventeurs qui courent le concours Lépine ne font pas de bons entrepreneurs. Les designers non plus. Pourtant, ils fourmillent de bonnes idées, dont certaines mériteraient bien d’être concrétisées en produits. Or, malgré la nouvelle tendance à la mode de passer à l’open innovation, les entreprises françaises restent particulièrement imperméables à ces innovations externes. Travailler avec des start-up est déjà difficile, alors avec des innovateurs isolés !

Deux jeunes designers industriels marseillais, Thomas Panzolato et Raphaël Jolivet, et deux conseillers en innovation, Arnaud Groff et Mathieu Dupas, tentent de changer la donne et de miser sur le made in France. Ils viennent de lancer la plateforme internet lafabriqueainnovations.com. Les inventeurs - jeunes designers souhaitant concrétiser leurs projets de fin d’année ou même des innovateurs occasionnels - peuvent y poster leur idée. Le service est payant (dégressif à partir de 10 euros l’idée) pour financer la protection juridique du dépôt et, éventuellement, la mise en image attractive par les designers.

Une plate-forme de co-innovation

Ensuite, l’équipe d’Innovative Community, composée des quatre fondateurs entourés d’une équipe d’experts marketing, juridique et commercial, va sélectionner les projets au meilleur potentiel, pour les soumettre à la communauté en ligne et évaluer les précommandes possibles. La communauté sera aussi sollicitée pour lever d’éventuelles barrières marketing, commerciales et surtout industrielles, afin de réussir à produire en France.  Car au-delà de la fabrication de nouveaux produits (plus innovants en matière d’usage qu’en intensité technologique), il s’agit de valoriser et de rémunérer, sous forme de royalties, les idées et compétences des talents et des PME de France.

La jeune entreprise, tout juste créée à Narbonne, a testé son concept sur une idée de tongs personnalisables, devenues les My Tatane, fabriquées par une start-up (Precious Design) fondée exprès, après un processus d’idéation collaborative, avec le soutien de la région pour payer une partie de l’équipement industriel et l’aide d’un CAT de l’Aude. Mais l’idée n’est pas de créer une start-up dédiée à chaque fois. La fabrique à innovations devrait pouvoir assurer elle-même l’industrialisation et la commercialisation des produits, via notamment une boutique en ligne.

Penser aux innovateurs isolés

Et pour les idées qu’elle ne retient pas, l’équipe lance une deuxième plateforme, qui servira de bourse aux brevets, mais aussi à lancer des défis industriels pour les aider à industrialiser les projets retenus ainsi qu’à recenser les capacités de production disponibles dans les PMI. Ces dernières trouveraient ainsi un moyen de charger leur ligne de production et de s’ouvrir à des innovations dont elles ne disposaient pas.

Un travail de fourmi. Pour le réaliser, Arnaud Groff compte sur le réseau du club des jeunes dirigeants, ainsi que sur la CGPME de Rhône-Alpes, qui a repéré le projet. Il compte aussi sur ses connexions avec un géant français de la grande distribution pour la commercialisation des produits. La Caisse des Dépôts voit l’initiative d’un très bon œil, notamment dans leur politique de dynamisation des territoires.

Retrouver une fierté industrielle

Inspiré du site Quirky américain, La fabrique à innovations est certes ambitieuses, voire utopiste, mais elle pourrait apporter un complément intéressant aux dispositifs d’aide à l’innovation existants, peu performants, et surtout uniquement axés vers les entreprises. Délaissant les innovateur isolés et les PME qui n’ont pas le temps ni l’énergie d’innover. C’est aussi un moyen de valoriser l’importance du design et le retour au made in France. Ce serait dommage de s’en priver.

Aurélie Barbaux

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/06/2013 - 20h25 -

Bonjour Aurélie,

Très bonne initiative que celle-ci, bien que tous ces sites gèrent difficilement la propriété intellectuelle et la nécessaire exclusivité pour assurer un bon retour sur investissement aux entreprises.
Une nouvelle génération d'open innovation émerge aujourd'hui, qui prend en compte la captation ET la transformation créative tout en protégeant la P.I.

Arnaud, d'Inventive (Open Innovation nouvelle génération ^^)
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus