Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Comment Nantes a décroché le label i-SITE… après trois échecs à l’Idex

, , , ,

Publié le

Après trois échecs lors des appels d'offres Idex, Nantes obtient une labellisation i-SITE centré sur la santé du futur et l'industrie du futur. Il est porté par l'université, Centrale, le CHU et l'Inserm.

Comment Nantes a décroché le label i-SITE… après trois échecs à l’Idex
La santé et l’usine du futur au cœur du projet NEXT de Nantes
© Franck Tomps

Le projet nantais Next (Nantes Excellence Trajectory) a été retenu, vendredi 24 février, par un jury international et décroche ainsi la labellisation i-Site (Initiatives sciences, innovation, territoires, économie) du programme d'investissements d’avenir (PIA 2). C'est là un lot de consolation très apprécié localement après le triple échec des universités de l'Ouest au projet commun d’Idex (initiative d’excellence). Cette fois, Nantes a fait cavalier seul, resserrant son projet sur deux thématiques tout en lui conservant une logique interdisciplinaire et de "décloisonnement", concept cher à Olivier Laboux, le président de l'université de Nantes qui a porté le projet avec l'Ecole centrale, le CHU et l'Inserm.

Interdisciplinarité et décloisonnement gagants

De fait, Next a pour ambition de faire de Nantes un site universitaire de renommée internationale sur deux questions sociétales : la santé du futur (biothérapies innovantes, médecine nucléaire et cancer, médecine de précision) et l'industrie du futur (technologies avancées de production, ingénierie océanique).

Le quatuor porteur de Next a rassemblé des partenaires de poids dont l'Institut Mines Télécom, Oniris, l'Institut de cancérologie de l'Ouest, l'Inra et l'Ifsttar. "Avec ce projet, nous allons pouvoir hisser l'enseignement supérieur et la recherche nantaise à un niveau jamais atteint, d'envergure européenne et internationale, estime Olivier Laboux. Ces résultats sont excellents pour notre attractivité, pour le développement économique et l'innovation, pour la qualité de nos formations..."

Rennes recalée

De taille plus modeste qu’un Idex, un i-Site peut espérer un budget annuel de 6 à 9 millions d'euros pendant 4 ans, voire 10 ans en cas de reconduction. Mais au-delà de la dotation, cette labellisation permet en effet d'accroître la visibilité du pôle nantais, notamment vis-à-vis des chercheurs étrangers. À Rennes, qui avait fait équipe avec Nantes lors des premiers appels à candidature Idex, la déception est grande. Le projet Foruniv autour de la problématique de la "société numérique et durable", n’a pas été retenu. L'évaluation par le jury de "la gouvernance d'ensemble" de Foruniv s'est révélée pénalisante suite à la fusion avortée au printemps 2015 entre Rennes 1 et Rennes 2. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus