Comment la France compte séduire les investisseurs étrangers

Par  - Publié le
Dollars
© noahwesley - Flickr - C.C.

Pour gagner la bataille de l'emploi et inverser la courbe du chômage comme François Hollande l'a promis, le gouvernement a trouvé une nouvelle arme : attirer davantage d'entreprises étrangères. Avec comme levier, la valorisation de mesures génériques comme le CICE ou la BPI et un effort de séduction ciblée sur la Chine.

A Bercy, pas moins de trois ministres - Pierre Moscovici, Nicole Bricq et Arnaud Montebourg - ont été réquisitionnés pour vanter l'amélioration de l'attractivité du pays. C'est le cinquième volet du pacte de compétitivité de novembre. "Si nous restons la quatrième destination mondiale des investissements étrangers, cette part a tendance à reculer", reconnait le ministre de l'économie.

Pour redresser la barre, le gouvernement s'est fixé des objectifs chiffrés très -voire trop - ambitieux. Il entend porter à plus de 1 000 le nombre de décisions d'investissements étrangers prises par an d'ici 2017. En 2011, la France avait accueilli 698 projets selon les chiffres de l'agence française de l'investissement international (AFII), soit une hausse de près de 45 %. Parmi ces 1 000 investissements, le gouvernement espère par ailleurs que 300 projets proviennent d'entreprises qui n'étaient jusqu'à présent pas présentes en France.

"Nous sommes encore leaders en implantation de sites de production industrielle en Europe mais notre position est menacée par l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Il faut être rapide", renchérit Nicole Bricq, la ministre du commerce extérieur, habillée pour l'occasion d'une marinière "made in France", un clin d'oeil à son collègue du redressement productif assis à ses côtés.

Mais la marinière ne suffit pas à séduire et encore moins à convaincre les investisseurs étrangers. Pour les convaincre, le gouvernement table sur les 20 milliards d'euros du crédit d'impôt compétitivité mais aussi sur le lancement de la banque publique d'investissement, qui devrait "gérer un nouveau programme d'investissements d'avenir".

La piste chinoise

Autre piste : séduire davantage les chinois. Pierre Moscovici était lundi 7 janvier à Pékin pour y rencontrer notamment des investisseurs chinois potentiels. Car les investissements originaires du géant asiatique sont encore limités en France, quatre fois inférieurs aux investissements français en Chine et représentent moins de 5 % des projets d'investissements étrangers en France.

Rare exemple d'implantation : le groupe Synutra doit investir 100 millions d'euros pour implanter une usine de production de lait infantile en Bretagne. "Nous souhaitons voir la Chine investir davantage notre territoire", assure Pierre Moscovici. La ministre du commerce extérieur doit se rendre dans deux semaines en Chine avec le même message. "On profite de l'émulation Chine-Japon pour demander aux chinois de faire mieux que le Japon bien implanté en France", souligne la ministre.

Pour attirer les entreprises étrangères, le ministre du redressement productif défend aussi une autre approche. Il prévoit la création, avec l'AFII, d’un programme pour permettre aux industriels de calculer leurs coûts d'implantation dans un pays, en réintégrant l'ensemble des coûts de production et d'acheminement de leurs produits.

La démarche s'inspire de la "reshoring initiative" mise en place aux Etats-Unis. "Nous devons attirer mais aussi imaginer un processus de relocalisation. Il n'y a pas que le coût du travail, mais aussi le coût de l'énergie, du foncier, les prix de la logistique", énumère le ministre, qui s'est montré plus prudent sur la perspective d'attirer des investissements chinois.

Solène Davesne

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

usilex | 10/01/2013 - 23H05

"Eyes wide shut"

Quant à piloter "à vue", ne reste que la marche arrière pour limiter les dégâts... Et qu'il s'agisse d'investisseurs de Chine ou d'ailleurs, nos attraits semblent bien limités : tourisme, domaines viticoles, une usine laitière...

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous