Comment donner l'envie d'avoir envie aux salariés

Par  - Publié le
Cadres au travail
© D.R.

Chercheur et praticien, Hubert Landier a réalisé pour l'institut de l'entreprise un rapport sur l'engagement des salariés. La question est stratégique car elle implique la performance de l'entreprise. Le point en 5 questions/réponses.

De quoi parle-t-on quand on évoque le désengagement ?  
Moins visible qu'une grève, plus insidieux qu'un affrontement, le désengagement regroupe tous les comportements où les salariés ne donnent pas leur maximum à l'entreprise qui les emploie. Ils sont présents, voire ultra présents, mais ne déploient pas tout leur potentiel de travail. Le phénomène est difficilement mesurable, reconnaît Hubert Landier, l'auteur d'une note sur le sujet pour le think tank l'Institut de l'Entreprise.  Il rappelle qu'un salarié qui  travaille à 80 % de son potentiel, "cela représente 40 jours de travail perdu, quand une journée de grève dure par définition 24 heures".

Si l'engagement est difficile à mesurer au niveau macro, les entreprises disposent malgré tout d'outils pour l'apprécier en leur sein, notamment des enquêtes plus ou moins normalisées. Directeur des ressources humaines et du développement durable de Vinci, Franck Mougin a recours à ces méthodes. Il cite un autre signal du bon niveau d'engagement dans son groupe : 90 % des opérateurs achètent des actions du groupe. Un indice pour les entreprises qui pratiquent l'actionnariat salarié.

Qui est concerné par le désengagement ?
S'il reconnaît l'importance du phénomène, Maurice Thévenet, professeur à l'Essec, le remet en perspective : selon lui, le désengagement ne concerne pas seulement l'entreprise. Les syndicats, le monde associatif sont eux-aussi touchés, c'est une tendance globale de la société.

Si le désengagement est un problème éthique global, il estime que du point de vue économique, il faut se concentrer sur les salariés dont le désengagement est le plus préjudiciable à l'efficacité collective. Franck Mougin ne partage pas du tout ce point de vue.  L'engagement du receveur de péage est stratégique, considère-t-il, car "c'est lui qui fait accepter le prix du péage  par l'automobiliste."

Quelles en sont les causes ?
"C'est la faute à la presse !"... notamment. Tout ce qui contribue à donner une image négative de l'entreprise contribue au désengagement. C'est donc partiellement les médias, mais aussi l'école ou encore la famille. Un enfant qui a vu des parents malheureux au travail aura du mal à se projeter positivement dans l'univers du travail et à l'appréhender comme un lieu où il pourra se développer.

A côté de ces causes externes, des raisons internes liées à l'entreprise elle-même sont pointées par le chercheur. A commencer par ce qu'il appelle joliment "les irritants sociaux", c'est-à-dire tous ces petits dysfonctionnements quotidiens qui laissent penser aux salariés qu'ils ne sont pas considérés.

Hubert Landier cite ainsi le cas d'une usine, où il a fallu trois semaines pour réparer l'eau chaude défaillante dans la salle de douche. Dans cet exemple, explique Hubert Landier, "la direction avait fait le nécessaire mais avait oublié de communiquer en direction des salariés". Résultat : ceux-ci ont eu l'impression qu'on ne s'intéressait pas à eux.

Quel rôle peut jouer le manager de proximité ?
Il est central. Dans une même entreprise, le niveau d'engagement peut varier d'un site à l'autre, en raison de la qualité du manager local. Ce qui importe c'est qu'il soit vraiment de proximité, c'est-à-dire qu'il ait suffisamment de latitude pour appliquer avec discernement les directives générales.

Car Hubert Landier pointe les excès de la centralisation excessive et la multiplication des procédures venues d'en haut. Et de citer un autre exemple où dans une entreprise la mise en place de nouvelles règles ont provoqué sept semaines de grève qui nécessiteront l'intervention du sous-préfet, quand, sur le site voisin, il n'y a eu aucune difficulté. La raison en est simple : dans ce deuxième établissement, le manager avait décidé d'appliquer à sa façon les instructions du siège, en tenant compte du terrain.

Provocateur, Hubert Landier lance : "le bon manager c'est parfois celui qui n'applique pas les règles." En écho, Franck Mounier invite à "se méfier des process qui limitent l'initiative." Toutefois, si le manager de proximité a un rôle central, cela ne veut pas dire qu'il faut le pointer du doigt en cas de dysfonctionnements dans l'entreprise. Il faut qu'il ait de vraies marges de manœuvre et qu'il ait été formé à l'accompagnement au changement.

Pourquoi l'engagement est aussi une question d'organisation et de recrutement ?
Franck Mougin de Vinci en est persuadé : il faut éviter  les structures matricielles : "on ne sait plus qui est le chef, les salariés finissent par être paumés." Il préconise toutes les mesures qui vont dans le sens d'une vraie reconnaissance du travail. "Il faut revenir aux basiques : savoir dire merci à un salarié", explique en écho Hubert Landier. Autre piste évoquée : la réunion matinale de 10 minutes où chacun explique quels sont ces objectifs de la journée. En un mot, tout ce qui contribue à la cohésion d'équipe peut avoir un effet positif sur l'engagement des uns et des autres.

En outre, Hubert Landier rappelle que pour avoir de l'engagement, les symboles comptent beaucoup : "on est trop rationnel dans le management." Et les détails comptent beaucoup. Toutes les petites dépenses qui rendent la vie plus facile et que les financiers adorent couper sont des moyens non négligeables d'obtenir un bon niveau d'engagement. "Dans un centre d'appel, sans payer mieux les salariés, la direction avait de meilleurs résultats que ceux observés dans la profession. Elle avait créé un environnement de travail agréable", témoigne l'auteur du rapport de l'institut de l'entreprise.

Maurice Thévenet insiste pour sa part sur les recrutements. Pour obtenir un bon engagement, estime-t-il, l'entreprise doit compter en son sein des managers qui ont le sens du collectif. "Les entreprises ont besoin de personnes qui sont entrés à 8 ans dans un club de foot et qui y sont restés  pendant 15 ou 20 ans, car cette personne-là sait ce que ça veut dire jouer collectif dans la durée." Souvent, les entreprises ne privilégient pas ses profils, préférant les touche-à-tout ou les super champions.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

4 réactions

pool82 | 29/08/2012 - 14H48

Depuis quand c'est le "receveur des péages" qui fait accepter le prix du passage sur l'autoroute ? A part le robot dans lequel on introduit sa CB, je n'en vois plus jamais. Mr Mougin ne doit pas souvent prendre l'autoroute pour ne pas savoir cela. Et c'est un très mauvais exemple, car quelque soit l'humeur du "receveur" humain (enfin les quelques qui restent encore), l'automobiliste est bien obligé de payer pour sortir quelque soit le prix réclamé et la tête que lui fait le "receveur" (et il reviendra en plus).



Le bon manager c'est celui qui a du bon sens et... qui ne dit pas des choses à l'emporte pièce de ce genre non plus !

Signaler un abus |  CITER

Ducati06 | 27/08/2012 - 10H52

"De mon point de vue, tout cela relève plus du bon sens que de l'étude scientifique mais bon ... il faut bien que tout le monde mange .."

Les études scientifiques sont là pour confirmer ou infirmer les conclusions établies par le "bon sens". Tant mieux pour vous si votre bon sens est systématiquement précurseur des études scientifiques.

Mais une preuve scientifique est toujours plus crédible que la parole d'un individu, aussi brillant soit-il!

Signaler un abus |  CITER

manager de bon sens | 27/08/2012 - 08H30

On peut tout de même s'interroger... fallait il un chercheur et praticien pour s'apercevoir que :

- d'après le DRH de Vinci, le niveau d'engagement des salariés est bon ... chez Vinci

- l'engagement du salarié au bout de la chaine est stratégique

- le niveau d'engagement d'une équipe dépend de la qualité de son manager

- l'environnement extérieur à l'entreprise à aussi un impact sur l'engagement du salarié

- il faut savoir dire merci aux salariés (!!)

Mais dans quelles sphères évoluent ces personnes (chercheur, professeur, DRH) ?

Messieurs, il est temps de sortir de vos salons et de retourner "au bout de la chaine" ! Profitez en également pour prendre l'autoroute et vous apercevoir que le receveur de péage est une espèce en voie de disparition.

De mon point de vue, tout cela relève plus du bon sens que de l'étude scientifique mais bon ... il faut bien que tout le monde mange ...

- la presse qui relaye des études

- les instituts qui mandatent des experts

- les experts qui font des rapports

Signaler un abus |  CITER

Mapaulo | 25/08/2012 - 18H02

Quelques vérités dans cet article mais la réalité est ailleurs.

La performance individuelle est mesurée dans les grandes entreprises du CAC40, pour leurs cadres et même chez les techniciens, mais que cache-t-elle ? Et quels sont les effets « pervers » qui peuvent générer ce désengagement ?

La performance de l’individu est le produit de la Motivation x la Valeur Ajoutée.

Baisser l’une ou l’autre revient à descendre la performance globale de l’employé, et donc réduire la compétitivité de l’entreprise. La maladie du siècle, la réunionite programmée et incessante si elle peut avoir des effets bénéfiques sur l’esprit de travail en équipe, peut aussi contribuer à la démotivation de certains qui n’y voient pas la réelle valeur ajoutée pour l’entreprise ou une perte de temps. Le management de proximité est bien entendu un facteur clef du bon maintien des 2 valeurs. Un travail confié à la mauvaise personne, une tâche dévalorisante, une mauvaise communication sur les objectifs d’entreprise,…, un manque de reconnaissance et voilà que tout s’écroule. Quelquefois on peut rencontrer des gens passionnés, mais que cache ce terme ? Une personne passionnée est un individu Motivé qui fait passer les intérêts de son entreprise avant ses propres intérêts. De par ce fait, il peut devenir surperformant …

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous