Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Aéro

Commandes et livraisons en forte baisse pour Boeing en 2016

Olivier James , , , ,

Publié le

Mauvaise année pour Boeing : en 2016, l’avionneur américain voit ses livraisons et ses commandes en baisse par rapport à 2015.

Commandes et livraisons en forte baisse pour Boeing en 2016 © Wikimedia Commons

Malgré les "livraisons solides" mentionnées dans le communiqué de presse, Boeing fait état d’une année 2016 en berne. L’avionneur américain a livré 748 avions commerciaux en 2016, contre 762 en 2015. Un niveau toutefois plus important que celui de son rival Airbus, qui présente ses résultats commerciaux mercredi 11 janvier : l’européen s’est fixé comme objectif pour 2016 d’atteindre 650 livraisons. Le nombre de livraisons de Boeing s’avère supérieur au niveau projeté début 2016, situé entre 740 et 745 appareils.

Une baisse qui s’explique par la transition opérée entre le 737NG et sa nouvelle version, le 737MAX. En 2016, Boeing a livré 490 exemplaires de cette famille, soit 5 de moins qu’en 2015. Autre facteur explicatif : la baisse de production du 747, passée de 18 appareils en 2015 à 9 en 2016. Cette inflexion dans la production aura un impact sur le chiffre d’affaires du groupe, dans la mesure où une grande partie du paiement d’un appareil s’effectue à la livraison.

Le "book to bill" sur la mauvaise pente

Côté commandes, là aussi, l’inflexion est au rendez-vous. Boeing a enregistré l’an dernier 668 commandes nettes, pour une valeur de 94,1 milliards de dollars aux prix catalogue. C’est précisément 100 appareils de moins qu’en 2015. Le carnet de commandes s’établit fin 2016 à 5715 avions commerciaux à produire.

Mis en avant depuis plusieurs années par les avionneurs, le rapport entre les commandes et les livraisons – le « book to bill » dans le jargon aéronautique – marque le pas chez Boeing, en devenant inférieur à un. Autrement dit, en produisant plus qu'il ne vend, l'avionneur grignote son carnet de commandes: il est passé de 5795 appareils en 2015 à 5715 en 2016. Le matelas reste confortable mais il se dégarnit. Les résultats commerciaux d’Airbus permettront de déterminer si une tendance se dessine dans le secteur : les niveaux de commandes historiques d'Airbus et de Boeing de ces dernières années sont-ils derrière eux ?

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus