Chômage : la bataille pour l'emploi ne se gagne pas à Paris

Par  - Publié le
Thibaut de Jaegher
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Le ministre du Travail a déjà pris les devants. Le nombre de chômeurs a continué à grimper encore le mois dernier. Une montée qui peut sembler inexorable lorsqu'on l'analyse de loin mais qui n'est pas une fatalité. A condition d'oublier l'échelle nationale pour attaquer le chômage par la base, c'est à dire au niveau de chaque bassin d'emploi.

Nous comptons en France plus de 28 millions d’actifs. C’est à la fois beaucoup et très peu lorsque l’on prend conscience qu’ils ne représentent qu’une petite moitié de la population française. Très peu aussi lorsque, sur cette population active, on voit que 4,5 millions de personnes, comme le révèlent les nouveaux chiffres du chômage publiés aujourd’hui, sont justement considérées comme sans activité : en recherche d’emploi (on retrouve là les 3 millions de chômeurs officiels), en transition professionnelle ou en formation longue durée. Ce qui veut dire qu’une personne sur 6 en âge de travailler ne travaille pas aujourd’hui dans notre pays.

On peut créer tous les crédits d’impôt que l’on veut, gloser autant que l’on veut sur la compétitivité de notre industrie, de l’État et donc de notre pays, le véritable levier du redressement productif, il est sans aucun doute dans ce potentiel humain inexploité. Facile à écrire, me direz-vous, mais que faire ? Dans ce domaine, le fatalisme peut vite l’emporter tant les recettes que proposent nos dirigeants semblent inefficaces. On peut leur accorder au moins cela : en matière d’emploi, ils ont presque tout essayé. Les Grenelle, les allégements de charges, les autorisations préalables de licenciement, les parcours de transition professionnelle, les contrats de reconversion, l’apprentissage et l’alternance, les sommets pour l’emploi, les rapports en série, j’en passe… Pas la peine de faire le bilan de toutes ces initiatives : la lente montée du nombre de chômeurs, mois après mois, parle d’elle-même.

Le problème finalement, ce ne sont peut-être pas les outils mais la stratégie. Pensée au niveau national, elle n’est pas ou n’est plus adaptée aux réalités des différents marchés du travail français. La bataille pour l’emploi ne peut pas se gagner rue de Grenelle à Paris mais au niveau de chaque bassin d’emploi. C’est à ce niveau, localement, que l’on pourra traiter efficacement les problèmes de mobilité des salariés qui refusent de traverser la France pour aller chercher un job. C’est à ce niveau que l’on pourra mettre en adéquation les besoins en compétences de l’industrie et les capacités des personnes sans emploi. C’est à ce niveau enfin que l’on absorbera le mieux des chocs, comme les fermetures d’usines, en mettant autour de la table toutes les parties prenantes afin de trouver des solutions concrètes de reclassement pour l’ensemble des salariés concernés. C’est en adoptant cette approche terrain que les outils mis en place depuis des décennies retrouveront leur efficacité.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

valentin | 28/11/2012 - 11H03

Pour augmenter l'emploi, la solution première est de donner l’envie d’entreprendre et d’employer. Il faut aussi et c’est paradoxal donner la possibilité de licencier.
Il faut faciliter l’emploi et non le contraindre à outrance. Les employeurs sont les seuls créateurs d'emplois et donc il faut simplement encourager les employeurs à employer, à leur faciliter la création d'emplois. Sans être une liste exhaustive, voilà quelques pistes de réflexion dont l’ordre de présentation n’est pas un critère d’importance. Ils s‘agit là de réflexions de bon sens à partir d’expériences vécues et fondées décrites plus haut.
• Les seuils d’entreprise doivent être reconsidérés, en particulier le seuil de 50 employés doit être augmenté vers 100 ou plus.
• Le coût du travail doit être à un niveau compétitif avec nos concurrents directs.
La simplification administrative doit être un objectif des administrations.
• Les syndicats doivent être vraiment représentatifs et ne pas vouloir uniquement exister pour eux-mêmes. Les négociations ne doivent pas être en affrontement systématique.
• Il faut rechercher la coopération de tous pour la recherche du développement de l'entreprise et de sa santé financière.
• La transmission d'entreprise familiale doit être facilitée afin d'avoir une continuité entrepreneuriale.
• La formation professionnelle est une clé de la réussite personnelle et de l’entreprise. L'apprentissage doit être intégré dans la plupart des entreprises y compris les PME.
• Encourager l’entreprenariat par un message clair et positif.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous