L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

China Eastern Airlines devrait suspendre une commande d’A330

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Boeing assemblage 777
© Boeing

Mauvaise nouvelle pour l’avionneur européen Airbus. La compagnie China Eastern Airlines pourrait remplacer ses A 330 par des Boieng 777, selon une source proche du dossier interrogée le 26 avril.

La commande d’Airbus représente environ 3 milliards de dollars et porte sur une quinzaine d’appareils. Mais la compagnie pourrait débourser 6 milliards de dollars pour acquérir une vingtaine de 777.

Cette opération ferait suite à l’imposition d’une nouvelle taxe en Europe sur les émissions de gaz à effet de serre pour les vols en provenance ou à destination d’Europe. La Chine s’est officiellement opposée à cette taxe et bloque toujours l’achat de 55 Airbus. Au total, ces commandes représentent 14 milliards de dollars.

Cette directive, qui oblige depuis janvier les compagnies faisant voler des avions dans le ciel européen à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, sous peine de payer une taxe de 100 euros par tonne émise hors quotas, a provoqué l'ire des Etats-Unis, de la Chine et de l'Inde.

En fin de journée, dans un communiqué, Boeing annonce que la compagnie chinoise va commander 20 gros porteurs Boeing 777-300 ER pour un total de près de 6 milliards de dollars. "La compagnie prévoit d'augmenter ses capacités pour répondre à une demande croissante en Asie-Pacifique et en Chine, le marché le plus dynamique pour l'aviation commerciale", ajoute le constructeur.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Les auteurs 

Olivier James
Journaliste aéronautique 

Olivier suit le secteur aéronautique pour L'Usine Nouvelle depuis 2013. Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, il suivait avant pour le magazine les secteurs de la chimie et de la construction.

Suivez-le sur Twitter @olivjames

Contactez le par mail 

 

Hassan Meddah

Journaliste aéronautique, défense et espace

Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, Hassan suit les secteurs industriels de l’aéronautique, de la défense et de l’espace pour L’Usine Nouvelle depuis 2009

 

 

L'Aéro en images

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley

Six Rafale de l'armée de l'air française sont arrivés sur la base militaire américaine de Langley (Virginie). Objectif : un exercice trilatéral avec des F-22 Raptor de l'US Air Force et des Eurofighter de la Royal Air Force.L'exercice doit se terminer le 18 décembre.   

Voir la galerie

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous