Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Castalie lève 2,7 millions d’euros pour renforcer ses équipes

,

Publié le

La société fondée en 2011 par Thibault Lamarque va recruter une quinzaine de personnes dans les prochains mois. Elle prévoit de doubler sa base de clientèle d’ici la fin de l’année et d’imposer sa solution de machines filtrantes comme véritable alternative aux bouteilles d’eau minérale. 

Castalie lève 2,7 millions d’euros pour renforcer ses équipes © Castalie

Les bouteilles en plastique, ce n’est pas son truc ! Castalie veut imposer sa solution de purification de l’eau minérale dans les restaurants et les entreprises. La jeune société vient de lever 2,7 millions d’euros auprès de capitaux-risqueurs. Les business angels qui avaient participé à son premier tour de table de 600 000 euros en 2013, ont également participé à cette augmentation de capital à hauteur de 300 000 euros.

Castalie en chiffres
Chiffre d’affaires : non communiqué
Effectif : 20 personnes
Montant de l’investissement : 2,7 millions d’euros
Investisseurs : Extendam, LER, le Comptoir de l’innovation, Bpifrance et business angels
Secteur : agroalimentaire
Créée par Thibault Lamarque, Castalie a mis au point avec des bureaux d’études en partenariat avec le Cetim sa technologie "Safe" (pour Système antibactérien de filtration de l’eau) intégrée dans ses machines. Ces machines se raccordent au robinet d'eau pour fournir une eau purifiée, à servir dans les carafes désignées par la marque. "Nous allons recruter un ingénieur, explique le fondateur et PDG de Castalie. Jusqu’à maintenant, nous faisions appel à des bureaux d’études extérieurs, un cabinet de design, etc. Nous voudrions internaliser de l’intelligence ; on est plus réactifs quand on fait tout nous-mêmes."

Plusieurs prix de design

L’aspect technique de la machine est le principal élément de différenciation de Castalie par rapport aux traditionnelles fontaines à eau. "Nous nous démarquons par la qualité de la filtration et par le niveau élevé de maintenance que nous proposons à nos clients", affirme Thibault Lamarque qui promet des filtres changés régulièrement pour une eau sans goût, gazeuse ou non, avec la possibilité de choisir la taille des bulles. Ce qui lui permet de se retrouver dans de grands restaurants en remplacement des bouteilles d’eau minérale.

La jeune pousse mise également sur le design de ses machines et de ses carafes. Elle a remporté plusieurs prix à ce titre, dont une Etoile du design 2015 par l’Observeur du design.

La start-up prévoit aussi de renforcer ses équipes commerciales et ses fonctions support. Une quinzaine de personnes devraient rejoindre la société dans les prochains mois. Elle va également ouvrir un entrepôt en Ile-de-France pour pouvoir répondre plus rapidement aux clients. Son entrepôt actuel se situe à Lille, chez le fabricant des machines.

Doubler la base de clients

Aujourd’hui, Castalie compte 550 clients parmi les restaurants, les hôtels et les entreprises (dont LVMH, KPMG, le groupe Bel, etc.), qui lui louent les machines filtrantes. "Le modèle de la location est plus solide avec une clientèle fidélisée", soutient le dirigeant. Les prochains recrutements vont lui permettre d’accélérer au niveau commercial. D’ici la fin de l’année, le nombre de clients devrait doubler et atteindre le chiffre de 3000 en 2018.

Cette augmentation de capital permet à Castalie de renforcer sa structure financière et devrait lui permettre de lever de la dette. Avant d’atteindre l’équilibre financier, prévu pour 2017.

Arnaud Dumas

L’argument convaincant
Castalie positionne ses machines sur un créneau haut de gamme, en misant notamment sur le made in France.

Réagir à cet article


 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus