Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Carte interactive : quels sont les chantiers les plus chers du monde ?

, , , ,

Publié le

Le tunnel sous la Manche a 20 ans. Pour saisir l'ampleur de ce projet pharaonique, qui aura demandé sept années de travaux et 15 milliards d'euros de dépenses, L'Usine Nouvelle a réalisé une carte. Elle permet de comparer ce chantier aux autres projets les plus fous du 20ème et du 21ème siècle, des jeux olympiques Sotchi au barrage des Trois-Gorges en Chine, en passant par les îles artificielles dubaïotes de Palm Jumeirah.

Carte interactive : quels sont les chantiers les plus chers du monde ? © D.R. - SNCF

Le tunnel sous la Manche a 20 ans en mai 2014. Ce tunnel ferroviaire sous-marin de 50,5 kilomètres de long a coûté 15 milliards d'euros. Est-ce plus ou moins que ce que la Russie a déboursé pour les jeux olympiques d'hiver de Sotchi? Plus ou moins que ce qu'ont coûté les îles artificielles de Palm Jumeirah à Dubaï?

Pour le savoir, vous pouvez consulter la carte ci-dessous, qui présente quelques-uns des plus gros chantiers du 20e et du 21e siècle dans le monde :

Méthodologie

Lorsque les chantiers ont été achevés avant 2013 (comme celui du tunnel sous la Manche par exemple), le montant total des dépenses a été calculé en tenant compte de l’inflation. "Prendre en compte l’évolution des prix permet de comparer les chantiers de la manière la plus juste, la plus homogène possible", souligne Xavier Fournet, associé du département infrastructure gouvernement et santé de KPMG en France.

Toutefois, ces calculs n’intègrent pas l’évolution de la qualité des infrastructures, alors qu’elle a progressé : construire une route ou un tunnel aujourd’hui coûte plus cher que dans les années 50, car les matériaux utilisés sont de meilleure qualité et que les règles de sécurité et de pollution sonore ont évoluées. Aucun indice européen ou mondial ne permet de tenir compte de ce biais.

De plus, le remboursement des intérêts liés à l’emprunt ne sont pas pris en compte dans le budget total des différents chantiers.

Enfin, lorsque les dépenses à l’époque n’étaient pas exprimées en euros, le calcul de l’inflation a été effectué dans la devise étrangère, puis le taux de change du 11 septembre 2013 a été appliqué pour convertir la valeur obtenue en euros.

 

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus