Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Cadiou fait rimer complexité et efficacité

Publié le

Made in France

Cadiou fait rimer complexité et efficacité

Lorsque Emmanuelle Legault succède à son père dans l’entreprise familiale de fabrication de portails et de clôtures de Locronan (Finistère), Cadiou Industrie compte 100 salariés, réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros et peine à être rentable. Huit ans après, elle emploie 270 personnes et le chiffre d’affaires est de 34 millions. La réussite s’est appuyée sur une remise en question des produits, une réorganisation de la production et une nouvelle approche marketing. Aidée par son mari et son beau-frère, Emmanuelle Legault a fait fructifier les innovations paternelles, avant de suivre sa propre vision de l’innovation. Moins dans la rupture, plus dans l’innovation tactique, logistique et marketing.

Titulaire d’un master en contrôle de gestion et systèmes d’information de l’École supérieure de commerce de Brest, Emmanuelle Legault a fait ses armes chez Bigard comme responsable du contrôle de gestion, à Quimperlé (Finistère). Chez Cadiou, elle repense le fonctionnement de l’entreprise. Elle n’hésite pas à multiplier les marques, y compris des "marques cachées" pour la grande distribution, avec des modèles en PVC ou en aluminium. Elle renouvelle le design et les couleurs, met en avant ses produits sur mesure haut de gamme qui jouent sur la qualité "bretonne" de produits résistants aux intempéries.

Repères

Fabricant de portails et de clôtures
250 salariés
(370 en période de pointe)
34 millions d’euros de chiffre d’affaires
50 000 portails produits par an, dont 80 % sur mesure
450 modèles de portails
14 000 mètres carrés d’ateliers

Ils représentent 80 % des 50 000 portails fabriqués chaque année. Parallèlement, la production est rationalisée, avec l’utilisation de profilés utilisés différemment selon les modèles. Enfin, de gros efforts ont été réalisés sur le service aux professionnels. Pour faciliter la tâche de l’artisan distributeur et lui éviter toute perte de temps, les portails sont livrés directement sur le chantier. Un point important qui aide à fidéliser les partenaires. Dernier défi lancé en mai 2013 : la réduction des délais de livraison. Les portails sont livrés en huit semaines, contre douze auparavant. L’objectif est de descendre à un mois.

Emmanuelle Legault a aussi réorganisé la production en mettant en place un programme de lean management, qui a permis d’augmenter la qualité et la productivité sans heurter les salariés. Une formation d’une semaine a été consacrée à l’explication de la méthode et de ses atouts. "Aujourd’hui, 68 % des salariés considèrent que le lean a amélioré leurs conditions de travail", précise la PDG, qui les associe à la résolution des problèmes quotidiens. "Notre main-d’œuvre est très bien formée et chez les intérimaires, il n’y a pas de défection le matin", poursuit-elle. À proximité de Quimper, Douarnenez et Châteaulin, Locronan est sur un bon bassin d’emploi et Cadiou a mis en place un service de transport pour ses salariés.

La conjonction des changements a permis de conserver la production en Bretagne. Un made in Breizh qui joue aussi son rôle. "Nous croyons qu’il s’agit d’un élément essentiel à l’intégrité de notre gamme de portails et de clôtures sur mesure et nous y voyons un gage essentiel de qualité", affirme la PDG. Autre élément positif : la chaîne d’approvisionnement est la plus courte possible, avec des fournisseurs qui travaillent depuis longtemps avec la PME et dont le nombre est réduit pour des raisons d’efficacité économique. Dernier levier et non des moindres : l’informatique. "Je m’en occupe personnellement. Le système doit toujours fonctionner parfaitement, c’est indispensable", conclut Emmanuelle Legault.

Patrice Desmedt

La vraie bonne idée

Cadiou a beau être une PME, elle dispose de deux directeurs du marketing. "Tout ce que l’on fait, c’est compliqué", reconnaît Emmanuelle Legault. Pas par plaisir, mais pour des raisons d’efficacité. L’un des directeurs du marketing se concentre sur les professionnels installateurs, l’autre sur les grands comptes. L’approche n’est pas la même et les produits phares peuvent être différents, d’où ce choix de doubler le poste, là où la taille de l’entreprise militerait a priori pour une seule personne.

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus