Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bruno Retailleau appelle le gouvernement à "demeurer ferme" dans le dossier STX

Aurélie M'Bida ,

Publié le

A quelques jours d'un nouveau déplacement du ministre de l'Economie en Italie, le président de la région Loire-Atlantique décrit la ligne de conduite que la France devrait tenir, selon lui, dans ce dossier.

Bruno Retailleau appelle le gouvernement à demeurer ferme dans le dossier STX © Salque Jean-Louis D.R.

Alors que le climat rasséréné depuis plusieurs semaines dans le dossier STX et que les tractations vont bon train, le président (LR) de la région Pays-de-la-Loire s'invite à nouveau dans les discussions. Dans un post de blog, mardi 5 septembre, Bruno Retailleau enjoint le gouvernement français à rester "ferme pour garantir les intérêts stratégiques et économiques de notre pays et à résister aux pressions de l'Italie".

 

 

Se posant en tant que défenseur des intérêts économiques de sa région, Bruno Retailleau a dressé une "feuille de route" au gouvernement pour la conduite des négociations avec l'Italie. "Je demande également que le pacte d’actionnaires, qui découlera de ces négociations, puisse intégrer de solides garde-fous destinés à sécuriser l’emploi et le savoir-faire des chantiers de Saint- Nazaire, comme ceux de ses sous-traitants, à rendre impossible contractuellement les délocalisations de commandes et à préserver l’autonomie des chantiers navals en matière commerciale et de R & D.", a-t-il écrit. Et l'élu de réitérer sa demande d'intégrer des entreprises locales au capital de STX. "Ce serait un signal fort pour les 7000 emplois, directs et indirects, des chantiers de Saint- Nazaire comme pour l’ensemble du tissu économique de notre territoire", a-t-il conclu.

Bruno Le Maire se rendra lundi en Italie

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, est attendu le 11 septembre prochain à Rome pour tenter d'avancer sur un accord pour la reprise des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Son homologue transalpin, Pier Carlo Padoan, a réaffirmé le week-end dernier que son pays exigeait toujours 51% de STX France. Et en parallèle, Rome et Paris sont en cours de négociation techniques dans le dossier STX. Les deux pays se sont fixés pour objectif d'aboutir à une solution avant le sommet franco-italien du 27 septembre. Le 27 juillet dernier, la France faisait valoir son droit de préemption et nationalisait temporairement les chantiers navals de Saint-Nazaire. Le début d'un bras de fer avec l'Italie pour obtenir un partage 50-50 du capital entre les deux pays.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus