Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Bruno Le Maire parle de débordements "inacceptables" dans la gestion d'Areva

,

Publié le , mis à jour le 12/07/2017 À 14H45

Infos Reuters PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a stigmatisé devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale mercredi 12 juillet la gestion "scandaleuse" du groupe nucléaire Areva, que l'Etat s'apprête à recapitaliser.

Bruno Le Maire parle de débordements inacceptables dans la gestion d'Areva
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire (à gauche) a stigmatisé mercredi la gestion "scandaleuse" du groupe nucléaire Areva, que l'Etat s'apprête à recapitaliser. /Photo prise le 12 juillet 2017/REUTERS/Charles Platiau
© Charles Platiau

"Ce qui s'est passé chez Areva est proprement scandaleux", a-t-il dit devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, mercredi 12 juillet, en dénonçant "la manière dont cette entreprise publique a été gérée et le coût que ça représente pour les finances publiques".

Après avoir renfloué EDF de trois milliards d'euros en mars, l'Etat doit apporter 4,5 milliards d'argent frais à Areva au troisième trimestre, et la Cour des comptes a souligné dans son récent rapport sur les finances publiques qu'une bonne partie de cette somme, 2,3 milliards, restait à financer. Elle est intégrée au décret d'avance de crédits présenté mercredi par le gouvernement en complément des documents remis au Parlement sur le débat d'orientation des finances publiques.

Bruno Le Maire a souligné que les besoins d'Areva étaient "supérieurs à l'intégralité des économies que le ministre des Comptes publics doit trouver en 2017 pour nous ramener sous les 3%( de déficit public par rapport au PIB)".

"J'ai eu l'occasion de taper du poing sur la table sur ce qui est en train de se passer pour Hinkley Point (le projet nucléaire britannique d'EDF, victime de retards et de dérapage de coûts-NDLR)", a ajouté le ministre. "Je le ferai pour toutes les entreprises publiques sans exception (...) il est inacceptable dans le cas d'Areva que de tels débordements aient pu avoir lieu, une gestion aussi indigente des deniers publics est absolument inacceptable".

Pour Reuters, Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus