Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Bourget : 5 (mauvaises) raisons de ne pas se rendre au salon de l'aéronautique

Olivier James , , , ,

Publié le , mis à jour le 15/06/2015 À 09H39

Se rendre au salon aéronautique du Bourget, du 15 au 21 juin ? Quelle idée… Match attendu entre Airbus et Boeing, foule énorme, absence de nouveau programme : on peut se convaincre que le déplacement n’en vaut pas la chandelle; à tort !

Raison n°1 : On aura encore droit à l'éternel match Boeing/Airbus

Depuis plus de 20 ans, la guerre Airbus/Boeing alimente d’innombrables articles de presse. Cette 51ème édition du Bourget ne dérogera pas à la règle : ce match de géants alimentera les conversations. Ennuyeux ? Non, car cette avalanche de commandes donne à voir un secteur aéronautique ultra dynamique : émergence des classes moyennes dans des pays comme la Chine et l’Inde, croissance du trafic passager mondial de +5% par an jusqu’en 2033, dynamisme des compagnies aériennes du Moyen-Orient, concurrence acharnée des compagnies low cost… De quoi obliger les avionneurs, Airbus et Boeing en tête, à augmenter leurs cadences de production et les pousser à des niveaux inédits. Fin 2014, le carnet de commandes d’Airbus représentait 857,5 milliards d’euros … Dans les vingt années qui viennent, les avionneurs vont devoir produire plus de 37 000 avions (contre environ 20 000 avions de ligne existants aujourd’hui). Un défi inédit pour l’industrie.

RAISON N°2 : Les couloirs du salon seront bondés

Agoraphobe, passez votre chemin ! Sont attendus pour cette nouvelle édition 180 000 visiteurs grand public et 140 000 professionnels. Le plus grand salon aéronautique mondial accueillera 2260 exposants et sera couvert par plus de 3000 journalistes venus du monde entier. Qui dit mieux ? Même le salon aéronautique de Farnborough au Royaume-Uni se situe loin derrière, avec 1500 exposants. Ces derniers représenteront 47 pays et les visiteurs 181 pays différents. Une foule qui dit beaucoup du pouvoir d’attraction de ce secteur industriel auprès du grand public – il est l’un de ceux qui font encore rêver – et de son caractère incontournable pour les professionnels. Les avionneurs, les équipementiers, les motoristes, les sous-traitants, les centres de recherche, les écoles d’ingénieurs, les spécialistes de drones, les ingénieristes, les start-up seront tous de la partie.

 

RAISON N°3 : De toute façon, il n’y aura rien de neuf à voir !

Pas de nouvel avion à l’horizon pour ce Bourget ? C’est vrai, on n'y verra des "classiques". Alors que l’A350 avait paradé en 2013, pas plus Airbus que Boeing n’aura de nouvel aéronef a présenter. Et alors ? L’innovation se trouvera dans chaque recoin du salon : le secteur est en train d’intégrer la révolution numérique à marche forcée. Cette nouvelle édition du Salon du Bourget regorgera d’innovations issues du monde numérique (réalité augmentée, impression 3D, robots, simulateur 3D…). Vous pourrez tester nombre d’entre elles. Thales présentera son cockpit du futur, composé uniquement d’écrans tactiles. Airbus Group fera vole l’E-Fan, biplace tout électrique, première étape vers une révolution énergétique des avions de demain. Entres autres. Et l’innovation touchera directement chaque visiteur : une application mobile de géolocalisation (téléchargeable gratuitement) permet d’assurer une vite optimale du site.

 

RAISON N°4 : Le Bourget, ce n’est pas un salon pour trouver du travail

Pensez au Bourget. Aussitôt vous viennent à l’esprit des démonstrations de voltiges aériennes, le ballet aérien de la Patrouille de France, les sensations fortes dues au passage de machines vrombissantes. C’est vrai… mais ce n’est pas tout : le Bourget, c’est aussi un moyen de trouver un emploi dans l’aéronautique. Pour preuve, « L’Avion des métiers » sera l’un des temps forts de cette édition. Une chaîne d’assemblage d’un A320 sera en partie reconstituée et permettra de faire la promotion des emplois de production. Les cadences de production sont telles dans le secteur, que les industriels peinent à trouver la main-d’œuvre suffisante. L'industrie aéronautique a besoin de bras ! Plus de 8000 recrutements pourraient être effectués cette année. Le Bourget sera une bonne occasion de trouver des opportunités de recrutement et de stages.

RAISON N°5 : On trouvera toute l’info sur L’Usine de l’Aéro !

Soyons honnêtes : il est impossible de tout couvrir durant un tel salon. On peut en revanche donner des éclairages sur les faits marquants, établir des analyses sur de nouveaux contrats, décrypter l’intérêt d’une innovation, expliquer une stratégie d’entreprise ou tout simplement surprendre via une vidéo étonnante. C’est l’objectif de L’Usine de l’Aéro, un site internet hébergé au sein du site de L’Usine Nouvelle lancé à l’occasion du Bourget. Il poursuivra ensuite un suivi resserré du secteur : l’actualité en régions, les tribunes d’experts, les grands dossiers qui font l’actu, les dernières innovations… Un bon moyen de comprendre les grandes évolutions du secteur aéronautique. Vous pourrez également vous abonner à la newsletter L'Usine de l'Aéro. Et pour ne rien rater du salon, durant le Bourget, elle sera quotidienne !

Olivier James

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus