Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Bourget 2017] Airbus présente l'A380plus au salon du Bourget

Olivier James , ,

Publié le , mis à jour le 19/06/2017 À 11H38

C’est la grande annonce d'Airbus au salon du Bourget : un A380 muni de sharklets, les bords relevés au niveau des ailes. De quoi permettre d’augmenter la profitabilité d’un appareil en quête de commandes.

[Bourget 2017] Airbus présente l'A380plus au salon du Bourget
Les Winglets de l'A380plus
© Airbus

Gagner en efficacité mais à moindre coût. C’est l’objectif d’Airbus qui tente coûte que coûte de relancer les commandes de son super jumbo, l’A380, dont le carnet de commandes stagne à 104 exemplaires. L’avionneur européen présente une modification majeure de son appareil : l’ajout de sharklets, les winglets d'Airbus, de quatre mètres de hauteur, ces bords relevés à l’extrémité des ailes apparues avec l’A320neo. L’appareil verrait ainsi sa consommation en carburant réduite d’environ 3,5%.


Pas d’A380neo en vue donc, qui impliquerait une nouvelle motorisation de l’appareil, comme l’a rappelé Fabrice Brégier, directeur général délégué du groupe Airbus, vendredi 9 juin, lors d’une conférence de presse. "Nous ne lancerons pas d'A380neo, il n'y a pas de modèle économique pour cela, c'est absolument clair", avait assuré le dirigeant. Ces sharklets ne pourraient pas être installés sur des avions existants, mais seulement sur des appareils neufs. Les premiers A380 dotés de ces nouveaux éléments pourraient voler dès 2018, après une campagne d’essais en vol.

Le choix des améliorations incrémentales

 

Plutôt qu’une coûteuse remotorisation, l’avionneur préfère opter pour des améliorations incrémentales de son avion. L’ajout des sharklets fait suite à l’annonce lors du salon de Hambourg en avril dernier d’un nouvel aménagement intérieur de la cabine – pour les avions neufs ou existants – permettant l’ajout de 80 sièges supplémentaires. L’ensemble des changements proposés par Airbus permettraient selon une source interne de réduire d’environ 15% le coût opérationnel par siège de l’A380.

De quoi peut-être séduire des compagnies aériennes qui boudent quelque peu le super jumbo. Au 31 mai 2017, l’A380 cumule 317 commandes et 213 appareils ont été livrés. Un niveau faible qui conduit Airbus à réduire la cadence. Airbus va passer à un rythme de production de un appareil par mois en 2018, à comparer au rythme de 2,5 appareils par mois en 2015. Un niveau bas qui oblige Airbus à un délicat exercice de maintien de la production – et du savoir-faire – et d’équilibre financier. La somme des modifications possibles de l’appareil pourrait redonner au programme un nouveau souffle.


 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus