Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Boulanger propose à ses clients d'imprimer eux-mêmes leurs pièces détachées

Marine Protais

Publié le

Boulanger, distributeur d'appareils électroménagers, a lancé une plate-forme permettant à ses clients de télécharger des modèles de pièces détachées pour les imprimer chez eux. Une façon d'allonger la durée de vie de ses produits, mais aussi d'accroître les ventes d'imprimantes 3D, qu'ils distribuent dans ces magasins.

Boulanger propose à ses clients d'imprimer eux-mêmes leurs pièces détachées © Boulanger

Pour les industriels, l'impression 3D est une révolution. Pour le grand public, c'est moins évident. Fabriquer des petites figurines, c'est amusant, mais pas très utile. Le distributeur d'appareils électroménagers Boulanger, et vendeur lui-même d'imprimantes 3D, entend changer la tendance. Il a lancé le 1er juin la plate-forme "Happy 3D" sur laquelle des modèles de pièces détachées sont mis à disposition gratuitement. Le client peut imprimer la pièce chez lui et réparer son appareil. "Nous voulons montrer qu'il est possible de fabriquer des choses utiles avec une imprimante 3D grand public", explique Jean-Philippe Allain, responsable veille et innovation chez Boulanger.

"Pour le moment, 100 pièces détachées des marques Listo et Essentiel B sont disponibles", précise Jean-Philippe Allain. Un cache pile pour télécommande, un bac à œuf, un couvercle… mais aussi des pièces un peu plus complexes comme le repoussoir d'un bouton. "Nous espérons que les autres marques que nous distribuons dans nos magasins rejoindront la plate-forme", poursuit-il. Seb s'est lui aussi intéressé à la fabrication additive. Il s'est doté depuis février d'imprimantes 3D pour fabriquer des pièces détachées à la demande, plutôt que de les stocker. Mais il ne propose pas encore de plans en libre accès.

Les particuliers pourront également mettre en ligne des modèles de pièces. "L'idée de départ est d'ailleurs venue de l'un de nos clients", raconte Jean-Philippe Alain.

Lutter contre l'obsolescence et accélérer les ventes d'imprimantes 3D

Pour développer la plate-forme, Boulanger s'est associé à Cults 3D, une entreprise française qui propose le même service pour toute sorte d'objets. Le spécialiste de l'électroménager propose également, via sa filiale B'dom, un service de formation à domicile payant pour apprendre à utiliser une imprimante 3D. Les clients qui ne sont pas équipés peuvent trouver un détenteur d'imprimante 3D près de chez eux sur la plate-forme. Pour ce service, Boulanger a noué un partenariat avec 3D hubs, sorte d'Airbnb de la fabrication additive.

Boulanger prévoit une perte financière lié au déploiement de ce service. "Nous vendrons moins de pièces détachées, et les appareils seront moins souvent remplacés, mais nous estimons qu'il est plus important d'allonger la longévité du produit", avance Jean-Phillipe Alain. De plus, cette perte devrait être compensée grâce aux ventes d'imprimantes 3D qui "doublent déjà chaque année".

Marine Protais

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus