L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

« Bosch Vénissieux sera un site rentable dans le photovoltaïque »

Par  - Publié le
Marc Baeumlin, Directeur technique de l’usine Bosch de Vénissieux
Marc Baeumlin, Directeur technique de l’usine Bosch de Vénissieux

L’usine Bosch de Vénissieux (Rhône) est en pleine reconversion. Ces jours-ci, une nouvelle ligne d’assemblage de panneaux photovoltaïques entre en service. Dans un contexte où produire de l’énergie solaire en France reste difficile, l’équipementier automobile fait tout de même ce pari. Marc Baeumlin, directeur technique du site, explique à « L’Usine Nouvelle » ce choix et ses conséquences sur le site rhodanien.

L’Usine Nouvelle. Du photovoltaïque chez un équipementier, n’est-ce pas un choix de reconversion pour le moins surprenant ?
Marc Baeumlin. C’est vrai qu’historiquement, nous sommes un site de production et de développement d’équipements automobiles. En 2010, le site de Vénissieux a été choisi pour produire des panneaux photovoltaïques en vue de remplacer la production de pompes à injection Diesel. C’est un produit de substitution à une activité qui prend fin. Un produit qui est évidemment différent et qu’il nous faut apprendre. Mais ce qui est intéressant, c’est que l’activité est sensiblement la même. Dans le sens où, à Vénissieux, nous allons « assembler » les panneaux à partir des cellules photovoltaïques fabriquées dans l’usine Bosch en Allemagne, construite en 2009.
L’assemblage, c’est déjà ce que nous faisions sur les pompes à injection : c’est notre métier ! Donc lorsqu’on nous dit que « tout change », ce n’est pas totalement vrai. Bien sûr, les 220 salariés affectés à la ligne photovoltaïque, doivent se former à ce nouveau produit. Pour l’instant, quelques 60 d’entre eux l’ont été en Allemagne, et les autres seront formés sur le site même.

Le photovoltaïque en France ne se porte pas très bien, en témoignent des entreprises spécialisées comme Photowatt, qui sont en grande difficulté. Pourquoi faire confiance à ce marché et à son évolution ?
Le marché du photovoltaïque est un marché fortement subventionné. C’est également un marché peu mature, qui est en train de se rationnaliser. Il est vrai que certaines entreprises sont en difficulté sur le secteur. Mais nous faisons confiance à l’avenir de la filière, parce que, malgré l’évolution des prix, nous avons la taille critique nécessaire pour répondre à ces changements, ainsi que la capacité de production suffisante pour être compétitif.
Nous avons également une solidité financière et un outil de production industriel qui amène un certain volume. Lorsque les deux lignes d’assemblages seront en service (la seconde est prévue pour avril), nous produirons 2 200 panneaux par jour. Ce qui fera de Vénissieux, non seulement le site le plus important du secteur en France, mais aussi un site rentable. Nous y avons une compétence industrielle reconnue, performante dans ses activités. D’autre part, Bosch, n’est pas cotée en bourse, mais appartient à une fondation d’utilité publique et qui ne cible pas les taux de rendement habituels, mais qui investit sur le long terme. Par ailleurs, nous produisons en France, mais nos marchés cibles sont principalement ceux d’Europe du Sud : France, Italie, Espagne et Portugal.

Avec cette nouvelle activité sur le site de Vénissieux, quel est le devenir de la branche « Eléments de pompes à injection », également située dans l’usine ?
Sur les 420 salariés de l’usine, près de 120 personnes restent dédiées à notre production historique. Ce qu’il faut aussi savoir c’est qu’à Vénissieux, il y a un autre site de production, Bosch Rexroth, où travaillent aussi près de 400 personnes.
Ce que nous souhaitons, c’est rapprocher les deux entités. Nous avons d’ailleurs, déjà commencé depuis le mois d’octobre à rapprocher la logistique, les directions et quelques autres services. Puisqu’en tout, nous avons trois secteurs de production à Vénissieux : d’abord, le photovoltaïque et les pompes à injection pour poids-lourds, et les élements de pompes à injection pour engins de chantiers. En Recherche & Développement, nous avons deux bureaux d’études : un pour les composants destinés aux injections Diesel et un pour les composants hydrauliques. Enfin, nous avons le secteur vente qui s’occupe de la distribution en France des produits Bosch Rexroth, fabriqués dans le monde.
Ce rapprochement des activités prendra un peu de temps. Mais, à terme, nous aurons plus de 1 000 salariés qui travailleront sur la ville de Vénissieux.

Propos recueillis par Amandine Ascensio

L’usine Bosch de Vénissieux en chiffres

•    Nombre total de salariés : 420
•    Nombre de salariés affectés au photovoltaïque : 220
•    Nombre de salariés affectés aux éléments de pompes à injection Diesel : 120
•    Effectif R&D : 100 (injection Diesel et hydraulique)
•    Production de panneaux photo voltaïques par jour : 2 200 (à terme)
•    Capacité de production des panneaux : 150 mégawatts (MW)
•    Le site Bosch Rexroth, voisin, compte lui aussi 400 salariés. Il produit des composants hydrauliques pour engins de chantier.



 

Imprimer

La fiche BOSCH REXROTH DSI à VENISSIEUX avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous