Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

BiomatériauxDU FIL D'ARAIGNÉE EN GUISE DE TENDONSEn utilisant des protéines d'araignée en chirurgie, les chercheurs espèrent ainsi donner naissance à un véritable " Spiderman " d'ici à cinq ans.

Publié le

Biomatériaux

DU FIL D'ARAIGNÉE EN GUISE DE TENDONS

En utilisant des protéines d'araignée en chirurgie, les chercheurs espèrent ainsi donner naissance à un véritable " Spiderman " d'ici à cinq ans.



Démarré il y a quelques mois, le programme européen baptisé Spiderman a de quoi surprendre. Il s'agit de fabriquer du fil d'araignée pour remplacer les broches, vis et plaques en chirurgie. A terme, il pourrait être utilisé comme greffe d'os, de ligaments et de tendons. Les chercheurs des onze équipes impliquées dans ce projet ont jeté leur dévolu sur les araignées car leurs protéines, les spidroines, ne provoquent aucune réaction immunitaire de la part du corps humain. " La raison n'en est pas encore très claire mais il semblerait que ces protéines possèdent une composition riche et répétée en acides aminés alanine et glycine, qui déroute notre système de défense ", explique le coordinateur du projet Wilhelm Engström, professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université d'Uppsala en Suède.

Optimiser les caractéristiques de résistance et d'élasticité

Pour arriver au produit final, les chercheurs ont encore à optimiser nombre d'étapes, du clonage des gènes d'araignée jusqu'à la production de fil en passant par la polymérisation artificielle. Pas si facile. " Les difficultés sont d'obtenir une quantité importante de protéines, de les purifier et de pouvoir réussir une production industrielle ", continue Wilhelm Engström. Pour le moment, le projet table sur l'expression des gènes d'araignées dans des systèmes bactériens pour produire les protéines, qui sont au nombre de quatre (MaSp1, MaSp2, MiSp1 et MiSp2). Une fois obtenues, elles devront subir des modifications pour avoir de très bonnes caractéristiques de résistance et d'élasticité. " Nous testerons plusieurs modifications pour obtenir le meilleur matériau ", déclare Wilhelm Engström. L'équipe va travailler sur deux variants, un premier biodégradable et le second stable, pour répondre aux besoins des différentes utilisations. Pour financer ce programme, qui se terminera en mai 2007, la Commission européenne a débloqué six millions d'euros sur qua- tre ans dans le cadre du 5e programme-cadre de recherche-développement (PCRD). Cinq partenaires sont des sociétés intéressées pour commercialiser les futurs produits.



UN MATÉRIAU ACTIVEMENT RECHERCHÉ

Les voies explorées pour la fabrication de soie d'araignée sont nombreuses. La société québécoise Nexia possède un troupeau de chèvres transgéniques, porteuses de gène d'araignée. La protéine est purifiée à partir du lait. Première application : la suture médicale. Le fil obtenu est très fin (5 microns) et très résistant. Des chercheurs allemands, quant à eux, ont produit de la soie d'araignée dans des plants de tabac et de pommes de terre transgéniques. Tandis que des équipes de recherche françaises ont eu une autre idée : faire filer la soie d'araignée par le bombyx, le ver à soie.

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus