Dossier

La Matinale de l'Industrie

Bienvenue sur "Télé Montebourg"

Par  - Publié le
Arnaud Montebourg
© Nicolas Baudinet - L'Usine Nouvelle

Le ministre du Redressement productif se lance dans le dialogue direct avec les internautes sur Google. Récit de la première séance de cette communication d’un nouveau type pour une personnalité politique enregistré, mardi soir, à Cap digital. Dessous de la première de "Télé Montebourg".

Arnaud Montebourg en fait-il trop ? En tous cas il ne s’économise pas. Et il joue de l’un de ses talents : le verbe.  Après un "compte-rendu de mandat ministériel" à Montpellier lundi 1er juillet, ("400 personnes, 40 °, le tout pendant deux heures et demi", lance  l’intéressé ),  mardi 2 juillet à Paris, il lançait ce qu’on  pourrait appeler  "TéléMontebourg", un chat vidéo en direct sur Youtube d’une heure, appelé à se renouveler.

Le principe ?   A la web cam, pour poser les questions : des internautes, en studio : le ministre du Redressement productif himself. Ce dernier a le souci  "d’expliquer sa politique", justifie son cabinet. Et cela n’a rien d’évident selon lui : de moins en moins de gens lisent la presse écrite, les 20 heures qui rassemblent encore de fortes audience ne s’intéressent qu’à l’actu du jour et une nouvelle génération de citoyens entretient une approche des medias via Google news, blogs, et tweets qu’il faut capter sur de nouveaux formats. "Il m’a paru nécessaire d’aller sur le lieu où se rassemble le plus grand nombre de citoyens qui sont légitimes à interroger le pouvoir", lance-t-il en introduction de sa séance.

Celle-ci se passe dans les sous-sols de Cap Digital (le pôle de compétitivité numérique francilien), rue du Faubourg Saint-Antoine. Impossible de réaliser l’opération à Bercy à cause des pare-feux du système informatique du ministère. Il  y a  là un vrai petit studio d’enregistrement mobile installé par la société Freecaster qui a déjà organisé ce  type d’émission appelé  un "Google Hang out" pour Angela Merkel et plus récemment pour Najat Vallaud-Belkacem. La ministre des Droits des femmes a en effet été la première a testé ce format le 6 juin dernier lors de ce qu’elle a appelé un "Porte-parolat numérique".

Des internautes sélectionnés

Pour cette première, le cabinet d’Arnaud Montebourg a joué la sécurité, les 8 internautes qui posaient des questions au ministre avaient été soigneusement sélectionnés à l’avance.  En fonction du thème axé sur la relocalisation, on a cherché des "influenceurs".

Principalement des entrepreneurs, beaucoup dans des starts-ups et tous férus de fabrication française, comme le patron du Slip Français par exemple. Le ministre a ainsi eu l’occasion de décliner à l’envi sa politique puisque "c’était l’objectif". Les questions ne sont pas très violentes. Exemple avec les deux jeunes créateurs de "laptopper", une entreprise qui fabrique des supports d’ordinateurs montés sur coussin :  "Monsieur le ministre, nous avons eu beaucoup de mal à trouver des industriels sous-traitants lorsque nous avons voulu rapatrier la production de Chine, pouvez-vous nous aider ?" Le ministre assure que ces services sont 100 % mobilisés, que les comités de filières sont là pour cela, il en profite pour vanter les qualités de son logiciel Colbert 2.0 qui doit aider les producteurs français à relocaliser. Le deuxième internaute se plaint avec diplomatie d’une certaine prudence des acheteurs publics français vis-à-vis des petites entreprises. On s’ennuie un peu. C’est le ministre qui est obligé de le pousser dans ses retranchements.

"Je vends des tubes à Led  et on préfère certaines productions chinoises à bas coût", explique le jeune entrepreneur. "Mais qui ? donnez-nous des noms", relance le ministre. Il s’agit  de la RATP. "Son président recevra une lettre de ma part, s’insurge Arnaud Montebourg, car les grandes entreprises publiques se sont engagées à augmenter leurs achats auprès des PME locales ".

A 18h30, la nouvelle tombe, Delphine Batho est évincée du gouvernement

Entre les dialogues en webcam avec les internautes, on insère des questions posées par tweet. Le ministre doit quitter des yeux la caméra pour lire sur un grand paper board ceux que son équipe a sélectionné. Pas facile de tout gérer à la fois, surtout lorsque vers 18h30, on l’informe toujours sur ce grand paper board que "Delphine Batho s’est fait virer par FH". Le ministre intègre mais reste de marbre. Surtout que contrairement à une opération média menée par des journalistes, cette nouvelle n’interfèrera pas dans le déroulé.

Là encore les tweets sont bien choisis "Combien avez-vous sauvé d’emploi Monsieur le ministre ?" "90 000 mais on en a perdu 15 000" (la réponse est aussi sur le paper board). "Notre objectif, c’est de sauver le plus d’emplois et si on y arrive pas de maintenir au moins les capacités productives pour repartir."

Ce premier exercice était plutôt cadré. Le cabinet assure que le ministre rue dans les brancards pour pouvoir prendre des internautes non sélectionnés qui se présenteraient comme à un standard téléphonique mais ce sera pour une deuxième étape. C’est parait-il plus complexe car il faut valider la qualité des connexions des internautes et pour une première, on a joué la sécurité sur la forme comme sur le fond.

Enfin une question se pose : pourquoi le ministre a-t-il choisi Youtube, la plateforme vidéos de Google, plutôt que Dailymotion qu’il défendait d’une prise de contrôle américaine. Selon un représentant de Google présent sur place seule la plateforme de Google permet de gérer ainsi en direct ce type de dialogue.

Conclusion du ministre au bout d’une heure de chat : "C’est aussi dur qu’un meeting cette affaire !" Et si les questions n’étaient pas trop dérangeantes :  "C’est parce que les gens parlent de leur vrais problèmes. On est là pour les aider" se défend-t-il. La séance est terminée. Arnaud Montebourg a été très calme, professionnel avant de partir, il ne peut s’empêcher de lancer à l’équipe de Google : "Hé les gars ! Quand est-ce que vous payez vos impôts ?"

Anne-Sophie Bellaiche

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous