Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Benoît Hamon veut mettre à l’arrêt plus de 10 réacteurs nucléaires

Ludovic Dupin ,

Publié le

Vu sur le web Benoît Hamon, candidat à la présidentielle pour le Parti Socialiste, veut mettre à l’arrêt tous les réacteurs qui atteindront 40 ans pendant le quinquennat à venir. Cela représenterait plus de dix tranches.

Benoît Hamon veut mettre à l’arrêt plus de 10 réacteurs nucléaires © Flickr c.c. - Parti Socialiste

Depuis son alliance avec Yannick Jadot, l’ex-candidat d’EELV, Benoît Hamon (PS) durcit son discours sur le nucléaire. Originellement celui-ci voulait simplement suivre les plans de la loi de transition énergétique. Dans une interview à RTL ce vendredi 17 mars, il assure vouloir fermer plus d’une dizaine de réacteurs nucléaires lors du prochain quinquennat s’il est élu.

"J'engagerai la fermeture de toutes les centrales qui arrivent en fin de vie. Je le ferai parce que ça coûte très cher de prolonger leur espérance de vie (...) Cela fait à peu près, sur le quinquennat, plus d'une dizaine", explique-t-il. En réalité, si Benoît Hamon se réfère à la limite de 40 ans de durée de vie, cela représenterait plutôt 23 réacteurs : deux tranches à Fessenheim, quatre au Bugey, quatre au Tricastin, quatre à Gravelines, quatre à Dampierre, deux à Saint-Laurent, deux au Blayais, un à Chinon.

EDF vise une prolongation de la durée de vie des réacteurs

Interrogé sur la question de l’emploi, il juge que cela ne posera pas de problème. Une partie des salariés se réorientera vers le démantèlement des réacteurs. Par ailleurs, il estime que la vraie question est de "savoir si nous arriverons à former suffisamment de salariés pour opérer cette transition vers un modèle énergétique qui soit à la fois sobre en terme d'impact sur l'environnement mais aussi beaucoup plus sobre vis-à-vis des risques qui existent".

Pour l’heure, ce plan n’est pas à l’agenda d’EDF. L’énergéticien a prévu de prolonger la durée de vie de ses 56 réacteurs nucléaires (le parc entier sauf les deux tranches de Fessenheim) à 50, voire 60 ans. C’est le programme dit de "Grand Carénage", estimé à 51 milliards d’euros sur la période 2015-2025. Restera toutefois à avoir l’autorisation de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui doit rendre son premier avis sur Bugey 1 en 2019.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

18/03/2017 - 19h17 -

Mais qui dira a tout ces antinucléaires chevronnés qu'un chantier de démantèlement c'est seulement 6% des emplois durant l'exploitation ??? Il veut donc supprimer 94% des emplois de plus de 20 réacteurs nucléaires et le faire travailler dans l'éolovoltaique, un secteur qui lui n'en veut absolument pas dans ses rangs ! Et même les exploitants du nucléaire ne veulent pas ce qu'il souhaite. Il fait de la démagogie et ne sait absolument pas compter. HONTE au PS et HONTE a benoit Hamon comme a Mr Mélenchon ! Quand est-ce que les politico-sphère (politique et média) parisienne va enfin comprendre que la technostructure qui leur permet de vivre REFUSE CATÉGORIQUEMENT de renoncer au nucléaire et de céder aux affabulateurs antinucléaires ?? Tout ça c'est du pur délire ! Non seulement cela nous priverai d'une indépendance majeure, mais en plus cela jetterais les personnels IEG dans les rues, sans compter que cela handicaperait les entreprises avec une surenchère des couts de l’électricité !
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus