Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Avec le rapprochement entre Monnoyeur et Redbird, les drones survolent les travaux publics

Olivier James , , ,

Publié le

Le groupe de travaux publics Monnoyeur entre dans le capital de l’opérateur de drones Redbird. Un partenariat qui augure d’un développement accéléré des drones dans l’univers industriel.

Avec le rapprochement entre Monnoyeur et Redbird, les drones survolent les travaux publics © Le nombre d’entreprises créées autour du drone, opérateurs en tête, a connu une croissance de 350 % en un an.

Si les applications dans les médias et les loisirs restent ultra majoritaires, à 80%, les drones civils pénètrent peu à peu le monde de l’industrie. Dernier exemple frappant en date : l’arrivée du groupe Monnoyeur dans le capital du jeune opérateur de drones Redbird. Ce n’est pas tout à fait une surprise. En janvier, L’Usine Nouvelle expliquait déjà que le groupe Monnoyeur, spécialisé dans la distribution d’engins de chantiers et de services à la construction, testait l’usage de drones sur un chantier de Ligne Grande Vitesse (LGV). Il faut croire que la collaboration entre cette grande entreprise du BTP (Monnoyeur a réalisé un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros en 2013 et emploie  5 000 personnes) et Redbird, une start-up créée en 2012, a fonctionné.

 

Retrouvez l'intégralité de notre dossier "L'incroyable potentiel des drones civils"

 

"Nous avons mené des tests fin 2013 sur la LGV Bretagne Pays-de-la-Loire, explique Emmanuel de Maistre, président de Redbird et président de la Fédération professionnel du drone civil. Il s’agissait d’acquérir des données 2D et 3D sur les stocks de matière ou bien encore les volumes excavés". Autant d’informations qui permettent à Monnoyeur de procéder à du "monitoring" de chantier, autrement dit à améliorer la gestion d’un chantier de construction.

Augmenter la productivité des chantiers

L’usage des drones permettrait en particulier de réduire de manière significative la consommation de carburant des engins de chantiers. Dans quelle mesure ? Impossible de le quantifier pour le moment. Les avantages ne s’arrêtent pas là. "Au-delà de l’amélioration de la productivité du chantier, les drones permettent d’améliorer la sécurité du site et d’affiner les mesures des avancées sur le calendrier", précise Emmanuel de Maistre. Outre les chantiers, ce sont aussi les mines et carrières qui sont concernées dans ce rapprochement. 

Objectif du partenariat : laisser à Redbird, qui mène aussi des tests avec la SNCF, RFF et GRTgaz, le soin d’acquérir et de traiter les données aériennes ; au groupe Monnoyeur de les exploiter et d’en faire une offre différenciante pour ses clients, en particulier les grands donneurs d’ordre de la construction. "Pour améliorer encore la solution, il faudrait interfacer les données du drone avec celles des engins au sol", explique Emmanuel de Maistre. Le président de Redbird espère avec ce partenariat se développer dans le secteur des travaux publics, qui compte selon lui 4 000 mines et carrières, des chantiers majeurs en cours et possède un parc de 30 000 engins de chantier.

Olivier James

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus