Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec le digital, SKF veut devenir un fournisseur de services rémunéré à la performance

 Marion Garreau ,

Publié le

Leader mondial des roulements, le groupe suédois SKF veut profiter de la digitalisation de l'industrie pour changer son modèle économique. Son ambition: fournir des services de maintenance corrective et être rémunéré selon la performance de ses clients.

Avec le digital, SKF veut devenir un fournisseur de services rémunéré à la performance
SKF veut casser son image de producteurs de roulements pour être identifié comme un acteur du digital.
© SKF

SKF a inondé les usines du monde entier avec ses pièces de roulements, avec 2 milliards produites chaque année. Une mine d'or pour la production de données, qu’il a commencé à exploiter pour se positionner dans la surveillance des machines. Le groupe suédois a montré une ambition plus forte lors d’une conférence de presse organisée jeudi 8 juin à Londres : saisir le virage numérique pris par l'industrie pour basculer son modèle économique vers la vente de services et une rémunération à la performance.

"Les roulements étant partout, ils sont un point de départ idéal pour se développer dans l'Internet des Objets (IoT), mais cela n'est pas suffisant, a déclaré en introduction Victoria van Camp, directrice technique et responsable de la digitalisation du groupe. La quatrième révolution industrielle nous pousse vers un marché de services et nous devons repenser la manière dont nous travaillons avec nos partenaires. Aujourd'hui, nous voulons que notre business model, à l'origine transactionnel, évolue vers un modèle davantage basée par la performance. Nous ferons les choix de services pour nos clients et nous serons payés selon l’augmentation de leur performance."

Pour amorcer ce basculement, SKF vient par exemple de lancer l’offre "Rotation For Life" (RTF), qui comprend des fonctionnalités personnalisées – fourniture de roulements, gestion de la lubrification, service de diagnostic à distance et analyse des causes de défaillance – définies pour répondre à des objectifs de performance convenus avec le client et qui servent à déterminer le forfait mensuel que celui-ci doit payer en contrepartie. Un premier contrat de cinq ans vient d’être signé avec l’exploitant suédois Zinkgruvan Mining, pour lequel SKF réalisera la surveillance à distance de quatre installations dans une usine d'enrichissement de la mine de Zinkgruvan. Ce contrat prévoit notamment la collecte automatisée des données de surveillance d'une bande de convoyeur, avec l’intervention d’un spécialiste de SKF pour l’analyse des écarts au besoin.

Enlight, plateforme matrice

Pour opérer son basculement, SKF sait qu’il doit développer de nouvelles technologies. "Pour offrir des services, nous avons besoin de capteurs, de technologies de détection en temps réel et d'algorithmes qui interprètent les données", a souligné Victoria van Camp. Le groupe surveille les équipements des usines de ses clients depuis 15 ans déjà, et compte aujourd’hui environ un million de roulements connectés au Cloud. Mais il lui reste à se positionner comme un acteur du logiciel.

Un premier pas en ce sens vient d’être franchi avec le lancement de la plateforme Enlight, fonctionnant avec des capteurs sans fils et permettant aux opérateurs de visualiser les données (température, vibrations et vitesse) d'une variété de sources directement sur un smartphone ou une tablette. SKF travaille en parallèle à l’intégration dans cette plateforme de logiciels de traitements des données et d’aide à la décision. Pour cela, il ouvre une nouvelle unité logicielle dédiée à la maintenance conditionnelle en Suède, avec une cinquantaine de développeurs en cours de recrutement. "Cette priorité stratégique est importante pour SKF, souligne Fredrik Magnusson, responsable de cette nouvelle unité. Nous pouvons constater le potentiel du marché pour les services et les solutions mobiles permettant une maintenance efficace, car beaucoup d’entreprises passent d’une stratégie de maintenance réactive à une stratégie plus proactive."

Egalement dans les tuyaux du groupe, une solution en réalité augmentée. Le principe, selon la démonstration faite le 8 juin : permettre à ses experts d’avoir accès au champ de vision de l’opérateur du client dans son usine et aux données captées par Enlight en temps réel, affichées en superposition. Un moyen pour SKF de mettre virtuellement ses experts à la disposition de ses clients.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus