Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Avec Duc, les sauvetages se poursuivent dans la volaille

Gaëlle Fleitour ,

Publié le

La volaille souffre ! Si le producteur Doux a pu être racheté l’an dernier par la coopérative française Terrena, son concurrent Duc passe définitivement sous pavillon néerlandais ce jeudi .

Avec Duc, les sauvetages se poursuivent dans la volaille
/Photo prise le 5 juillet 2012/REUTERS/Jacky Naegelen

Plombé par les épidémies de grippe aviaire et une baisse de la consommation liée aux campagnes anti-viande, le secteur de la volaille souffre. Après Doux l’an dernier, c’est désormais son concurrent, le groupe bourguignon Duc, implanté à Chailley (Yonne), qui en fait les frais et change de mains. Le premier producteur européen de volailles certifiées est retiré de la cote de la bourse de Paris ce 20 avril.

Il vient d’être racheté définitivement par le groupe néerlandais Plukon (1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2016 en intégrant Duc), déjà détenteur d’abattoirs et de sites de transformation et conditionnement de volailles au Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique. Une acquisition annoncée en décembre pour la somme de 31 millions d'euros, dont 2,3 millions pour l'achat des titres détenus par les anciens actionnaires principaux (les sociétés Financière Duc, Verneuil Participations et CECAB) et 11 millions via une augmentation de capital réalisée fin janvier.

LES DETTES DE DUC RÉÉCHELONNÉES, LES SALARIÉS CONSERVÉS

Plukon s'est engagé à maintenir l'ensemble des 802 salariés en CDI de Duc durant quatre ans, et à poursuivre les contrats d'approvisionnement auprès des 300 éleveurs locaux. Duc possède quatre sites de production en France, dont celui de Riec-sur-Bélon (Finistère) qui transforme de la dinde avec 215 salariés, et un autre en Bulgarie depuis 2007. Lourdement endetté, le volailler français avait été placé sous mandat ad hoc par le tribunal de Sens pour négocier avec ses principaux créanciers, puis sous l’égide d’une procédure de conciliation devant le tribunal de commerce d’Evry. Il a finalement convaincu ses créanciers de renoncer à 13,5 millions d'euros, et a obtenu un rééchelonnement de ses dettes pour 4,1 millions d'euros.

Duc a notamment souffert des interdictions d'exporter en dehors de l’Union Européenne après l'épisode de grippe aviaire de 2015-2016, doublée d’une forte concurrence des produits d’importation et d’une faiblesse chronique des prix de vente. Résultat, son chiffre d’affaires a chuté l’an dernier de de 8,4% à 165 millions d'euros. 

LA CONCURRENCE DES GROUPES LDC ET GALLIANCE EN FRANCE

L'Autorité de la concurrence a donné son feu vert au rachat par Plukon, en tenant compte du contre-pouvoir des centrales d'achat de la grande distribution, mais aussi de la concurrence. "Les activités de collecte de volaille n'étant pas situées dans les mêmes régions et leurs parts de marché en matière de commercialisation de viande de volaille demeurant généralement inférieures à celles de leurs concurrents européens ou nationaux, comme les groupes LDC et Galliance (Terrena) en France", selon elle.

Il y a un an, c’est le concurrent Doux qui était repris par la coopérative agricole française Terrena. Cette dernière avait alors créé son pôle volaille Galliance, en mariant les activités de Doux et de Gastronome, pour former le "numéro un en produits élaborés et en volailles Bio, le numéro deux en volailles fraîches et en dinde et le troisième exportateur mondial". Il représente désormais 23% des 5,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé par Terrena l’an dernier. Mais ses résultats ont été affectés "par la guerre des prix" au Moyen-Orient, le principal marché de Doux, selon Maxime Vandoni, le directeur-général de Terrena.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus