Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Asia Pulp and Paper, quand le chemin de la rédemption environnementale est semé d’embûches

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Alors que la COP 21 s’ouvrait à Paris, l’un des leaders mondiaux du papier, Asia Pulp and Paper, retraçait pour l'Usine Nouvelle son long purgatoire après avoir fait, il y a quelques années, l’objet d’une vaste campagne des ONG pour sa gestion peu durable de la forêt indonésienne.

© Olivier James - L'Usine Nouvelle

Si le risque de réputation était mortel pour un grand groupe, Asia Pulp and Paper (APP) aurait déjà déposé le bilan. La branche papetière du conglomérat sino-indonésien Sinar Mas (foresterie, services financiers, agroalimentaire dont huile de palme et construction) fait, depuis le milieu des années 2000, l’objet de multiples campagnes de dénonciation des organisations non-gouvernementales pour son manque de respect de la forêt primaire indonésienne et de sa faune.

Coopération avec les ONG

De l’incurie environnementale totale au plan RSE de filière en passant par le greenwashing, APP franchit une à une les étapes de la mise en conformité environnementale. Un cheminement à marche forcée, sous haute surveillance d’observateurs comme Greenpeace, Rainforest Alliance ou The Forest Trust (TFT), qui scrutaient le groupe papetier de tellement près qu’il a fini par les intégrer au process d’évaluation de ses progrès.

Ainsi, après des campagnes agressives, Greenpeace est, depuis quelques années, un interlocuteur d’APP. L’ONG joue le rôle de vigie, suspendant ou reprenant le dialogue en fonction des avancées du groupe. Quand début 2015, un fermier local proche des Amis de la Terre est battu à mort par les gardes d’un sous-traitant d’APP, Greenpeace suspend sa collaboration jusqu’à ce que la réponse d’APP – l’indemnisation de la famille et la rupture du contrat avec la société de sécurité responsable des violences – lui donne satisfaction.

L’influence des marques globales

"Le risque de réputation est devenu important en Europe et aux Etats-Unis. Mais nous, nous faisons le plus gros de notre chiffre d’affaires en Asie. C’est donc indirectement, avec la hausse de l’influence des grandes marques globales, et notamment des marques françaises du luxe, que nous avons été touchés", explique Liz Wilks, la directrice Europe du développement durable du groupe. Cette ancienne de chez Arjowiggins connaît bien la filière papetière et ses contraintes.

En réalité, et même si APP refuse de communiquer sur l’impact financier de sa mise au ban par Greenpeace durant quelques années, la campagne de l’ONG environnementale avait été suivie du désengagement de plus de 100 clients internationaux. Et non des moindres : Adidas, Staples, Kraft, Mattel, Carrefour, Disney, Office Depot entre autres ont cessé de faire appel à APP ou de référencer ses produits.

Au point que la société a lancé, en 2013, un vaste plan de conservation des forêts, de gestion des tourbières et d’engagement social envers les communautés locales. A compter du 5 février 2013, APP a annoncé la fin de toute déforestation sur ses concessions comme sur les zones gérées par ses sous-traitants. Le groupe, qui gère 2,6 millions d’hectares de concessions, dont un million d’hectares de plantations, s’est engagé à produire ses 18 à 19 millions de tonnes de pâte à papier annuelles sur des zones "non-boisées". Un virage à 180° suivi de peu d’effets : quelques marques, comme Staples et Nestlé, ont accepté de renouer avec APP. Beaucoup d’autres préfèrent en rester éloignées. Du moins dans la mesure du possible, car APP est un groupe tellement intégré, de la sélection variétale aux produits finis (papiers graphiques, d’hygiène, d’emballage et cahiers) en passant par une position dominante sur la pâte à papier, qu’il est difficile de travailler dans la distribution sans utiliser leurs produits, sous une forme ou une autre. APP réalise un chiffre d’affaires global de 11 milliards de dollars.

 "On n’en fait jamais assez"

Lorsqu’APP fait appel, en 2014, à deux ONG pour évaluer le chemin parcouru (Greenpeace et Rainforest Alliance), les rapports sont sévères, mais encouragent le groupe à persévérer. "Nous sommes certifiés PEFC, FCS (Forest Stewardship Council), Flegt pour l’Europe, RFPPP (Responsible fibre procurement and purchasing policy)… Mais, si la certification joue son rôle, il est désormais clair pour nous qu’elle n’est pas suffisante", explique Liz Wilks.

Une impression confirmée, cette année encore, par la polémique sur la responsabilité d’APP sur les incendies en Indonésie. Le groupe a fourni toutes ses données GPS au World Resources Institute (WRI), qui recense les incendies qui ont triplé le niveau d’émissions de CO2 de l’Indonésie cette année. "Et comme nous avons sous gestion 3%  de la forêt indonésienne, évidemment nous n’échappons pas aux incendies, même lorsqu’ils démarrent hors des limites de nos concessions", plaide Liz Wilks. Le groupe a beau faire valoir son financement de bombardiers d’eau et de 2900 pompiers, la responsabilité réelle ou supposée d’APP dans ces incendies continue à faire les gros titres. "Mais nous continuerons quand même, car nous avons compris que nous devions être pionniers dans le secteur, même si c’est difficile."

La route est encore longue avant qu’APP apparaisse comme un modèle de vertu environnementale. Liz Wilks conclut sur un constat : une fois la société épinglée par les ONG, "quoi que vous fassiez, ce n’est jamais assez". Ce qui confirme qu’en termes de responsabilité environnementale aussi, mieux vaut prévenir que guérir.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus