L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Arnaud Montebourg : "Le Rafale pourrait devenir la propriété technologique des Indiens"

Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Arnaud Montebourg
© Webstern Socialist - Flickr - C.C

  Dans un entretien exclusif accordé à L’Usine Nouvelle, Arnaud Montebourg revient sur le contrat que Dassault pourrait signer avec l’Inde pour vendre le Rafale. Le député et président du conseil général de Saône-et-Loire, qui vient d’entamer un tour de France des usines au nom du candidat socialiste, François Hollande, dénonce ces contrats qui se font au prix de transferts de technologies massifs.

L'Usine Nouvelle - La semaine où la France vend peut-être pour la première fois le Rafale de Dassault à l’export, n’est-il pas délicat de tenir un discours sur la démondialisation ?
Arnaud Montebourg - Est-ce que vous avez essayé de raisonner à l’envers? Les Indiens eux-mêmes sont protectionnistes, beaucoup plus que nous. Il y a une intoxication générale à cause d’années de dogmatisme. Concernant le contrat, j’ai juste noté que nous allions construire 18  avions, et que tous les autres, ce serait du transfert de technologie pour que le Rafale soit la propriété technologique des Indiens. C’est bien la démonstration qu’il faut réindustrialiser notre pays au lieu de continuer à donner nos technologies à des pays, non pas émergents mais émergés, et leur permettre ainsi d’économiser 70 ans de recherche scientifique. Il  y a une guerre économique mondiale et il faut se réarmer !

Mais si Dassault n’acceptait pas ces conditions, le Rafale ne serait pas vendu et c’est le Typhoon d’Eurofighter qui l’emporterait. Le marché est toujours pris par quelqu’un….
Je suis d’accord avec vous mais ce raisonnement, c’est ce qui a conduit à donner Airbus à la Chine. Dans cinq ans, on ne vendra plus d’Airbus  puisque les Chinois le feront eux-mêmes. Et donc on licenciera chez EADS dans dix ans, parce que les Chinois les vendront beaucoup moins chers !

Vous croyez que ce contrat va faire émerger un "Dassault" indien ?
Inévitablement ! Je comprends les Indiens. Mais si on les comprend, il faut que les Indiens nous comprennent également. Nous avons nous aussi besoin de nous réindustrialiser. Le textile doit revenir en Europe, la métallurgie ne doit plus partir en Inde même si elle est contrôlée par la famille Mittal.

Mais dans des secteurs comme le textile, même si les Européens innovent, c’est difficile d’être compétitifs…
Le protectionnisme est inéluctable. L’Europe est la première puissance économique au monde, avec un demi-milliard d’habitants, et nous acceptons les lois fabriquées par d’autres ? Mais c’est nous qui devrions faire la loi du monde !  Réveillez-vous les Européens, vous êtes complètement amorphes ! Redressez-vous ! Apprenez aux autres à parler notre langage. Vous êtes colonisés par vos adversaires économiques !

Et donc ne pas accepter de transfert de technologie, par exemple, même si le prix pour vendre le Rafale ?
Cela ne peut être fait qu’à titre temporaire et exceptionnel. D’ailleurs je vous rappelle que Madame Lauvergeon avait refusé cette stratégie lorsque elle a laissé Westinghouse[son principal concurrent américain, ndlr] se faire piller par les Chinois…

En même temps, c’est elle qui a amorcé les négociations pour vendre la technologie de réacteur nucléaire EPR à l’Inde…
Le contrat n’est pas signé et il n’y a pas de transfert technologique acquis à ce jour avec l’Inde. Elle a toujours refusé cela.

Propos recueillis par Gaëlle Fleitour et Thibaut De Jaegher

A lire jeudi prochain, 9 février 2012, dans le n°3271 de L'Usine Nouvelle, la seconde partie de cet entretien.

Imprimer

5 réactions

MERABATIR | 04/02/2012 - 10H34

Défense nationale et guerre économique, transferts de technologies et hautes trahisons, vous avez quatre heures et je ramasse.
Jean bernard CHAS

Signaler un abus |  CITER

Mirabelle | 03/02/2012 - 16H07

M. Montebourg n'est jamais content.
On ne vent pas le Rafale, ça coûte au contribuable,
on le vent, il se désespère du transfert de techno.
Il n'est pas interdit de travailler encore pour maintenir l'avance technologique. Mais sait-il seulement comment fonctionne une entreprise ?

Signaler un abus |  CITER

PM | 03/02/2012 - 13H23

De tels commentaires sont effrayants d'ignorance sur ce sujet de la part d'un parti de gouvernement. Gageons que M.Holland saura controler certains elements populiste sur son aile gauche s'il est elu.

Signaler un abus |  CITER

France Libre | 03/02/2012 - 11H51

Il ne faut être ni naÎf ni parano. En effet, contrairement à la Chine, l'Inde n'a pas une industrie aéronautique forte et n'a jamais mis en oeuvre une politique de développement sérieuse dans ce domaine.



Hindustan Aeronautics Limited (HAL) est l'acteur clé voire unique en inde et travaille essentiellement comme ensemblier sous license. De plus, HAL arrive à saturation avec les différents programmes : Sukhoi T50-PAKFA, Shukhoi S30-MKI, Mirage 2000 upgrade, multiples programmes hélicoptères, et maintenant Rafale.



Côté bureaux d'études, les indiens sont aujourd'hui positionné sur le bas du "cycle en V" et sont pour la plupart des systèmes incapables de concevoir à partir d'une page blanche.



Une note d'optimisme concernant la Chine : les chinois n'ont pas encore réussi à maîtriser la conception de réacteurs d'avions de chasse et restent dépendants des russes et ukrainiens. La fusion de données nécessaire à un système d'arme de dernière génération reste aussi un problème. Le "Chengdu J-20", chasseur de 5ème génération a sans doute de nombreuses années encore de mise au point devant lui.



Question subsidiaire : dans la guerre moderne asymétrique, le chasseur reste-t'il d'actualité ? Voir à ce sujet l'excellent livre du général Vincent Desportes.

Signaler un abus |  CITER

Forces Françaises de l'Industrie | 03/02/2012 - 09H00

cela n'est pas nouveau, Monsieur Montebourg devrait lire cet article de 2004 :



http://www.usinenouvelle.com/article/condamnons-l-antipatriotisme-des-donneurs-d-ordres-francais.44492

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

 

 

L'Aéro en images

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchit il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous